DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une réforme des retraites qui ne passe pas

Vous lisez:

Une réforme des retraites qui ne passe pas

Taille du texte Aa Aa

Travailler plus longtemps et payer plus pour la retraite. C’est l’enjeu principal de la réforme du gouvernement Cameron pour le secteur public britannique.

Ici, sur le campus du University College London, la moitié des professeurs soutiennent la grève. Ils considèrent abusive l’augmentation des cotisations.

“Le travail que nous avons déjà accompli voit ses fruits s’envoler, cela ressemble à du vol, c’en est… estime Simon Renton. Et ce n’est qu’une partie d’un paquet beaucoup plus large des dispositions

du gouvernement, soutenu malheureusement par nos employeurs actuels, pour attaquer, saper, réduire le financement des services publics dans le pays”.

Lors d’une session houleuse à la Chambre des Communes, le Premier Ministre, David Cameron a défendu la justesse de la réforme :

“Un enseignant gagnant de 37 000 livres partirait à la retraite avec 19 000 livres, maintenant il touchera 25 000 livres. Ces changements sont justes, et je vais vous dire pourquoi : nous avons rejeté l’idée d’abaisser le niveau des pensions du secteur public, nous pensons que les pensions du secteur public doivent être généreuses, mais

comme les gens vivent plus longtemps, il est juste et normal qu’ils contribuent plus.”’

Mais à l’extérieur de Westminster, coté syndicats, les arguments du gouvernement ne passent pas.

Dave Prentis est le secrétaire général de UNISON, le syndicat du secteur public britannique :

“L’un des problèmes, et il y en a beaucoup,

c’est l’augmentation des contributions. Travailleurs de services publics, infirmières, paramédicaux, personnels socio-culturels, dames de cantine, on leur demande de payer 50 % de plus pour leur régime de retraite, c’est une baisse de salaire de 3%. Mais rien de cet argent ne va dans les caisses de retraite pour répondre à l’allongement de la vie ou maintenir les pensions. Chaque centime sort du régime des retraites pour aller au Trésor et combler le déficit provoqué par les banques et l‘échec du système bancaire. “

La réforme des retraites fait partie de mesures d’austérité du gouvernement conservateur-libéral pour s’attaquer au déficit public qui était à 11% du PIB lorsqu’il est arrivé au pouvoir.