DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les islamistes égyptiens se préparent à l'épreuve du pouvoir

Vous lisez:

Les islamistes égyptiens se préparent à l'épreuve du pouvoir

Taille du texte Aa Aa

Longtemps persécutée, la Confrérie des Frères Musulmans a pu, pour la première fois, se présenter devant les électeurs sous l‘étiquette d’un parti politique légal: Le Parti de la Liberté et de la Justice. Ici à Alexandrie, ses militants laissaient éclater leur joie, surs de leur percée, tout en escortant les urnes.

Mardi, avant même de connaître les résultats, le chef du PLJ a réclamé que la principale force politique du Parlement soit chargée de former le prochain gouvernement en Egypte, ou l’armée est aux commandes depuis la chute de Hosni Moubarak.

“La majorité au sein du futur parlement va former le gouvernement; et ce sera un gouvernement de coalition” a assuré Mohamed Mursi.

Les Frères Musulmans ne réclament pas ouvertement un Etat islamique, mais à leur ascension politique s’ajoute la poussée surprise des salafistes. Ces fondamentalistes sunnites, regroupés autour du parti Al Nour, ont obtenu le soutien des plus pauvres grâce à leur travail social.

Mohamed Ahmed est membre de Al Nour et imam.

“Nous avons plusieurs organisation pour nourrir les orphelins et les pauvres. Beaucoup de gens, grâce à Dieu, nous aiment et nous attendent parce que nous nous occupons d’eux” dit-il.

Les salafistes prônent l’application de la loi islamique, la charia et le Coran dans tous les aspects de la vie, comme à l‘époque du prophète Mahomet.

La poussée des islamistes inquiète les laïcs et les coptes, mais selon Ayman Nour, du parti Ghad Al Tawra, cette phase constituante exige la coopération entre différentes forces politiques.

‘“Il faut baliser la phase politique au travers d’une constitution, d’une charte constitutionnelle respectable, et de lois qui complètent la constitution assure Ayman Nour. Après, nous pourrons entamer la phase de compétition politique, mais cette phase exige une collaboration et une coordination entre toutes les forces politiques. C’est à quoi nous tendons avec les islamistes et les autres, avec les libéraux et les gauchistes, atteindre ce moment ou la phase politique sera réglée, et nous permettra d’entrer par la grande porte dans la compétition.”