DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des médias indépendants russes sous surveillance ?

Vous lisez:

Des médias indépendants russes sous surveillance ?

Taille du texte Aa Aa

Difficile de voir là un pur hasard du calendrier : 5 sites internet restent inaccessibles depuis dimanche matin : celui de la radio Echo de Moscou, le site du quotidien Kommersant, de l’hebdomadaire New Times, de l’ONG Golos ainsi que son site interactif La carte des fraudes.

Pour Alexeï Venediktov, rédacteur en chef de la radio Echo de Moscou, le doute n’est pas permis, surtout le jour même des élections. Il dénonce “une tentative de gêner la publication d’informations sur les fraudes”. Echo de Moscou a beau être détenu par le géant gazier Gazprom, le média reste à ce jour l’une des rares stations russes à offrir des informations indépendantes. La radio s’apprête à adresser une plainte au Parquet et à la Commission électorale centrale russes.

A la veille des législatives, Lilia Chibanova (en haut sur l’image) qui dirige Golos, une ONG qui traque toutes les fraudes électorales, évoquait une campagne de “harcèlement orchestrée par le pouvoir”, disant même craindre l’interdiction. Signe de l’atmosphère de suspicion qui semble dominer dans la capitale, Lilia Chibanova a été retenue pendant douze heures à la douane de l’aéroport de Moscou et a vu son ordinateur portable confisqué.

L’ONG est en plein colimateur de l’actuel pouvoir. Il faut dire que Golos a répertorié pas moins de 5.000 cas de pressions ou irrégularités tout au long de la campagne. La plupart imputables au parti au pouvoir Russie unie.

Liens:

Slon

Ekho Moskvy

Golos