DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le tandem incontournable de Russie unie

Vous lisez:

Le tandem incontournable de Russie unie

Taille du texte Aa Aa

Un tandem de pouvoir pour un parti hégémonique sur la scène politique russe.

Fin novembre, Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev se sont engagés devant le congrès de Russie Unie pour échanger leur rôles à la tête de la Fédération Russe: Medvedev a pris la tête de la liste du parti gouvernemental pour ces élections législatives, tandis que Poutine sera candidat à la présidentielle en mars.

Après 4 ans au poste de Premier ministre, le “come back” annoncé de Poutine avait pour but relancer la machine électorale de Russie Unie.

Largement bénéficiaire d’un système électoral au scrutin proportionnel par listes et doté d’un seuil fixé à 7% qui écarte les outsiders de la Douma, Russie Unie dispose d’un autre avantage de taille pour asseoir sa position dominante.

L’analyste politique Andrei Kortunov :

“Le parti Russie unie est à mon avis considéré par la majorité des gens comme un parti dirigeant, un parti de fonctionnaires, un parti de bureaucrates, comme une sorte de mécanique qui permet la mise en œuvre de décisions qui sont prises ailleurs.”

Un avis partagé, selon le sondage de Levada Center, par 53% des russes sondés, qui eux pensent que l’issue des élections est déterminée par les autorités.

Ici à Tula, à 175 km de Moscou, Russie Unie a bâti sa domination en une décennie. Le gouverneur de la région Vladimir Gruzdev a fait campagne pour Russie Unie. Ancien magnat de supermarché converti à la politique, il a été nommé par Medvedev : “Nous ne devons pas être timorés. J’ai été membre du parti Russie unie dès le moment où il a été fondé. Je n’ai jamais été membre d’un autre parti, et je pense que je ne dois pas avoir honte du travail que j’ai fait. “

Mais les années du boom économique dû aux prix du pétrole n’ont pas bénéficié à tout le monde à égalité. Cette année le pouvoir d’achat des russes est tombé pour la première fois depuis 2008, l’inflation reste à 7%.

L’analyste politique Nikolai Petrov :

“Ce que nous observons maintenant, c’est un reste du système très primitif politique très primitif mis en place par Vladimir Poutine à un moment ou la Russie jouissait d’une énorme richesse financière. Il a été maintenu en raison de la politique populiste du gouvernement, qui ne peut continuer indéfiniment.”

Les élections à la présidence de la Fédération de Russie auront lieu le 4 mars, le vrai test de la vigueur politique de la formule Poutin.