DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : le plan Monti pour éviter la faillite

Vous lisez:

Italie : le plan Monti pour éviter la faillite

Taille du texte Aa Aa

Le plan Monti comporte deux volets essentiels : sur le budget et la protection sociale. Les mesures censées dynamiser le marché du travail suivront. Parmi les principales mesures figure la hausse du taux d’imposition des salaires supérieurs à 75.000 euros annuels, l’augmentation de l‘âge du départ à la retraite : 66 ans pour les hommes dès 2012 et pour les femmes en 2018. Le gouvernement Monti étudie également une augmentation d’un point de la TVA de 21 à 22%. Et puis la taxe sur les biens immobiliers réapparaît : elle devrait rapporter 10 milliards d’euros aux finances publiques. Enfin pour lutter contre l‘évasion fiscale et l‘économie grise, toute transaction de 1.000 euros et plus devra être enregistrée. C’est un plan qui repose en très grande majorité sur le durcissement de la fiscalité et qui a d’ores et déjà suscité des réactions violentes de responsables politiques, de collectivités locales et des confédérations syndicales.

“Je pense que le gouvernement n’a pas calculé l’impact social de telles mesures, affirme Raffaele Bonanni, le leader du syndicat CISL, un des grands syndicats italiens. Donc plutôt que de baser ces mesures sur des principes académiques, on ferait mieux de s’intéresser à l’impact que les choses ont sur le quotidien des gens”.

La première manifestation contre ce plan Monti a eu lieu lundi matin en face du Palazzo Chigi, le Matignon italien. Parmi les slogans scandés : “il lavoro no se toca : ne touchez pas au travail”.