DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : des recette culinaires pour surmonter la crise

Vous lisez:

Grèce : des recette culinaires pour surmonter la crise

Taille du texte Aa Aa

Troisième année consécutive de rigueur drastique. Et la situation ne fait qu’empirer.

Le nouveau budget grec prévoit des coupes salariales, des hausses de taxes, des mises en chômage technique.

Concrètement, les Hellènes ont assisté impuissants à une dégradation brutale de leur niveau de vie. Tous les secteurs ont pâti, y compris le plus basique, l’alimentaire. “C’est serré. Au train où ça va, il faut compter son argent. Ce que l’on pouvait acheter auparavant pour 1€20 coûte aujourd’hui le double, donc tout dépend des économies que votre famille possède”.

C’est dans ce contexte particulier que vient de paraître un livre de recettes de cuisine pour éviter la famine. Cette publication qui compile des articles sur la vie à Athènes pendant l’occupation, fait un véritable tabac. Sorti l’an dernier, il a du être réédité. Pendant la deuxième guerre mondiale, les Grecs ont du faire face à une famine dramatique.

“Ces guides de survie ont sauvé les Athéniens pendant cette période difficile, donc je peux facilement imaginer que oui ces articles peuvent être une aide précieuse particulièrement pour les cols bleus qui ont du mal à gérer leurs finances”, explique Eleni Nikolaidou.

Ce jeune chef est l’auteur d’un livre de recette à succès. Il a aussi son propre show culinaire à la télévision. L’heure est à l’austérité, y compris dans les assiettes, et Bletsas a donc adapté son émission, pour apprendre aux Grecs à manger avec leur faibles moyens : “Les rayons sont pleins de nourriture, mais les gens ne peuvent pas se permettre d’acheter. Ils ont besoin de dépenser leur argent plus judicieusement. Il s’agit de cuisiner ce que les gens mangeaient pendant l’occupation allemande, comme des féculents ou des céréales”.

Autre signe que la tragédie grecque n’en est qu’au second acte, la publication en début de semaine du rapport sur le commerce dans le pays. En deux ans, quelque 60.000 petites entreprises et commerces ont mis la clef sous la porte.

Le président de la Confédération du commerce est amer, Vasilis Korkidis : “Ce rapport va être traduit et envoyé à la troïka pour qu’ils puissent voir le résultat de leurs idées, ou en d’autres mots pour qu’ils puissent se rendre compte de ce qu’ils nous ont fait. L’autre jour, madame Merkel a défini la crise de l’euro comme étant un marathon. Dans le cas de la dette grecque, ils nous ont fait courir déjà au moins six marathons”.

La nouvelle année ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices. Au moins autant de petits commerces devraient fermer à leur tour.