DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La zone euro dans le collimateur de l'agence Standard & Poor's

Vous lisez:

La zone euro dans le collimateur de l'agence Standard & Poor's

Taille du texte Aa Aa

La zone euro tente de maintenir le cap après le coup de massue que lui a asséné hier Standard & Poor’s. L’agence américaine de notation a placé 15 pays de l’eurogroupe sous surveillance, avec implication négative.
 
Six d’entre eux, et tout particulièrement la France, risquent ainsi de voir leur prestigieux triple A menacé de dégradation, et ne plus pouvoir emprunter à très bas prix sur les marchés.
 
Angela Merkel relativise la menace, et dit vouloir continuer sur le “chemin des réformes.”
 
Même son de cloche en France. François Baroin, le ministre des Finances, temporise.
 
“Cette d’annonce d’hier, qui met sous surveillance la zone euro, n’intègre pas les propositions franco-allemandes, donc cette semaine est importante. De la qualité, de l’importance de la puissance de l’accord de vendredi au sein du sommet européen dépendra pour beaucoup l‘évolution de la notation pour la France comme pour les autres.”
 
Et François Baroin d’ajouter que la France continuera d’emprunter sans difficulté en 2012. En attendant, 5 des 6 pays détenteurs du fameux label courent un danger d’abaissement d’un cran de leur note. Parmi eux : l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande, le Luxembourg et les Pays-Bas qui passeraient ainsi à “AA+”. Quant à la France, elle pourrait même voir sa note dégradée de deux crans.
 
De l’aveu même de l’agence de notation qui évoque avant tout une mesure coercitive et politique, il appartient au couple franco-allemand d’imposer ses vues lors du crucial sommet européen de jeudi et vendredi à Bruxelles. Autrement dit de renforcer la discipline budgétaire des 17 Etats membres de la zone euro.