DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

OTAN-Russie : aucune avancée sur la questions des missiles

Vous lisez:

OTAN-Russie : aucune avancée sur la questions des missiles

Taille du texte Aa Aa

Les pays de l’Alliance atlantique n’ont pas trouvé d’accord avec le ministre russe des Affaires étrangères ce matin à Bruxelles. Moscou redoute toujours l’installation du bouclier antimissile à ses frontières. L’Otan assure que le déploiement d’intercepteurs de missiles ou de radars est dirigé vers le Moyen Orient, et des menaces venant de l’Iran notamment.

Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’Otan a affirmé que l’objectif du projet était purement défensif :

“Le système de défense antimissile de l’Otan n’est pas dirigé contre la Russie. Nous ne considérons pas la Russie comme un ennemi, ni comme un adversaire, nous considérons la Russie comme un partenaire, et nous voulons développer un véritable partenariat stratégique comme nous l’avons décidé il ya un an à Lisbonne.”

La Russie commence à s’impatienter face à l’Otan qui ne veut pas lui donner les garanties qu’elle réclame:

“Nous savons que certains éléments du système de défense anti-missile qui doit être déployé couvrira une grande partie du territoire russe et bien sûr cela soulève quelques questions de notre côté. Et au delà des paroles rassurantes, nous voulons des garanties juridiques” a souligné Sergei Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

La Russie a montré ses muscles en activant fin novembre un système d’alerte antimissile à Kaliningrad, enclave russe aux portes de l’UE.

L’Otan espère aboutir à un accord avant son prochain sommet en mai. L’objectif étant une entrée en service du bouclier d’ici neuf ans.