DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La loi électorale du Parlement européen en question

Vous lisez:

La loi électorale du Parlement européen en question

Taille du texte Aa Aa

Question d’Alessandro, citoyen italien vivant à Bruxelles :

“Pensez-vous que le fait d’avoir des listes transnationales pour les prochaines élections européennes puisse contribuer à rendre le Parlement européen plus responsable envers les citoyens qu’il est censé représenter, et que cela pourrait aussi permettre de réduire ce que l’on a coutume d’appeler “le déficit démocratique” ? Merci.”

Andrew Duff, député européen, membre du Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe :

“Et bien, ma réponse est “je l’espère”. Car cela va exactement dans le sens de la proposition que j’ai faite. Je pense qu’il y a une catégorie de plus en plus importante de citoyens européens animés en quelque sorte par des aspirations politiques postnationales, et qui se disent frustrés par les contraintes imposées par les anciens Etats. Et je comprends tout particulièrement pourquoi Alessandro, qui est Italien, pense que nous avons besoin d’une nouvelle entité politique plus grande, et qui soit européenne, pour pouvoir affronter au mieux les défis du 21ème siècle. Par le biais d’un siège paneuropéen, nous pourrons développer des partis politiques transnationaux. Nous pourrons aussi tirer un trait sur cette vieille école que sont les démocrates chrétiens, les libéraux, ou le parti socialiste. Nous aurons de nouveaux partis, ou du moins des partis plus à l‘écoute de la dynamique contemporaine. Cela contribuera donc à transformer la qualité de la campagne électorale, une campagne plus intéressante. Et les candidats eux-mêmes s’attaqueront en priorité aux graves problèmes politiques auxquels nous sommes confrontés au quotidien ici, dans ce Parlement. Mais à l’heure actuelle, ces questions n’ont que peu de résonnance en dehors de la sphère politique.”