DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet européen : tous sauf un pour sauver l'euro

Vous lisez:

Sommet européen : tous sauf un pour sauver l'euro

Taille du texte Aa Aa

Au terme d’une nuit de tractations, le sommet européen a débouché sur un accord à 26 à Bruxelles.

L’antidote à la crise : un nouveau traité contraignant durcissant les termes du pacte de croissance et de stabilité.

“Il introduit plus de discipline budgétaire, plus de sanctions automatiques, et une surveillance plus stricte. Ce traité sera ouvert aux pays extérieurs à la zone euro. A une exception près, ils envisagent tous d’y souscrire,” a expliqué le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

L’exception : c’est la Grande-Bretagne. Le premier ministre David Cameron a opposé son véto à une refonte des traités européens au nom de la préservation des intérêts de la City.

Urgence oblige, les 26 ont laissé Londres sur le quai.

“Début mars, au plus tard, ce traité dit “pacte fiscal” sera signé, voire même plus tôt,” a assuré Herman Van Rompuy.

D’ici là, la Banque centrale européenne prendra en charge le Fonds européen de stabilité financière pour venir en aide aux pays en difficulté, comme l’Italie.

Le renforcement de la discipline budgétaire constitue une victoire personnelle pour Angela Merkel. La chancelière allemande a estimé que l’accord de principe était à même de redonner de la crédibilité à la monnaie unique. Avec l’espoir d’endiguer la contagion de la crise.

A lire aussi :
27 moins un pour un nouveau traité