DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Trandsniestrie entre présidentielle et questions sur son avenir

Vous lisez:

La Trandsniestrie entre présidentielle et questions sur son avenir

Taille du texte Aa Aa

La Transdniestrie, région de Moldavie comptant un demi-million d’habitants et qui s’est autoproclamée indépendante il y a vingt ans, a voté dimanche pour élire son nouveau président.
Le sortant Igor Smirnov brigue un 5ème mandat. Il espère mener à bien les négociations en cours avec la communauté internationale, sous l‘égide de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), pour régler le statut d’un territoire qu’aucun Etat au monde n’a jamais reconnu comme indépendant.

“Nous observons chez les Européens une compréhension de plus en plus grande de notre position”, estime Igor Smirnov, qui se présente comme le meilleur garant de la souveraineté nationale mais aussi d’une réelle proximité avec la Russie.

C’est pourtant son principal concurrent, Anatoly Kaminsky, que la Russie soutient. Car elle le considère comme plus fiable… et sûrement aussi comme plus malléable. En effet, la Transdniestrie est un point de passage du gaz russe. C’est donc un territoire stratégique. C’est aussi une zone qualifiée de “trou noir” en raison du trafic de drogue et d’armes qui s’y pratique.

Une motivation majeure de la communauté internationale pour tenter de la stabiliser.