DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : le pouvoir tente l'apaisement, l'opposition maintient la pression

Vous lisez:

Russie : le pouvoir tente l'apaisement, l'opposition maintient la pression

Taille du texte Aa Aa

Le président russe Dmitri Medvedev aurait en personne ordonné aux chaînes de télévision publiques, strictement contrôlées par l’Etat, de couvrir les manifestations de samedi dirigées contre son régime et en particulier contre son Premier ministre Vladimir Poutine. Et sur sa page Facebook, il reconnaît aux “citoyens le droit d’exprimer leur point de vue et de se rassembler librement”.

Vingt-cinq mille personnes selon la police, 50 000 à 80 000 selon d’autres sources, ont réclamé samedi l’annulation des élections législatives du 4 décembre, jugées frauduleuses. Et la maigreur des manifestations de dimanche, qui ont seulement réuni plusieurs dizaines de protestataires à Moscou, ne doit pas conduire à minimiser l’ampleur du mouvement : du jamais vu sous l‘ère Poutine, entamée en 2000.

Du jamais vu aussi la réaction de Vladimir Poutine, ainsi ouvertement contesté et qui a pourtant qualifié ces actions de “protestation démocratique d’une partie de la population mécontente des résultats officiels”. “Nous respectons le point de vue des manifestants et nous allons continuer à les écouter aussi longtemps qu’ils agissent dans la légalité”, a-t-il ajouté.

Le président Medvedev a précisé avoir donné l’ordre de vérifier la transparence du scrutin. Tout en affirmant qu’il ne croyait pas en son caractère frauduleux. “Nous allons poursuivre notre protestation”, a répliqué l’opposant Boris Nemtsov, en annonçant de nouvelles manifestations les 17 et 18 décembre, et une grande manifestation le 24 si les exigences de l’opposition n‘étaient pas satisfaites d’ici là.