DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Fin de parti(e)" pour l'URSS à l'Hôtel des Invalides

Vous lisez:

"Fin de parti(e)" pour l'URSS à l'Hôtel des Invalides

Taille du texte Aa Aa

Quel est le point commun entre une Miss Charme, la catastrophe de Tchernobyl et Mikhaïl Gorbatchev ? Ils sont tous représentés à l’exposition “URSS, fin de parti(e)” qui se tient à l’Hôtel des Invalides à Paris jusqu’au 26 février prochain, à l’occasion du vingtième anniversaire de la chute de l’Union soviétique.

La Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine de Nanterre organise cette exposition au titre énigmatique : il est tiré d’“un jeu de mots sur la fin du parti communiste et une fin de partie d‘échecs, “ comme l’explique la directrice de la BDIC, Valérie Tesnière. “C‘était l‘époque,” souligne-t-elle, “où il y avait tous ces grands tournois d‘échecs, notamment entre Karpov et Kasparov.”

Réformes, Révélations, Révolutions, ce sont les grands thèmes de cette exposition consacrée aux années Perestroïka.

A partir de 1985, Mikhael Gorbatchev mise sur l’ouverture, la modernisation. Les mentalités évoluent. C’est le temps des premiers concours de miss. Les révélations viennent ensuite avec la Glasnost, la transparence.

Pendant que l’Occident est atteint à l‘époque de gorbymania, le secrétaire général du Parti communiste est impopulaire auprès des Soviétiques.

Troisième étape de la Perestroïka (et de l’exposition) : les Révolutions. La déroute du parti communiste, la sécession d’une partie des républiques fédérées et, pour finir, le putsch d’août 1991. La prise de pouvoir par Boris Eltsine signe la fin de l’URSS.