DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La contestation russe plane sur le sommet UE-Russie

Vous lisez:

La contestation russe plane sur le sommet UE-Russie

Taille du texte Aa Aa

Faut-il aborder la question des législatives controversées à Moscou à l’occasion du sommet UE-Russie qui s’ouvre aujourd’hui à Bruxelles ? Les eurodéputés ont clairement demandé hier la tenue de nouvelles élections au Kremlin. Certains craignent un “printemps russe”. Mais la Commission de José Manuel Barroso a d’autres priorités.

Les discussions, aujourd’hui et demain, devraient porter sur le partenariat entre les deux puissances. Le président et la délégation russes n’ont aucune envie d’aborder un sujet trop sensible :

“Il n’y a rien à dire sur les élections qui ont déjà eu lieu”, explique l’ambassadeur de la Russie auprès de l’Union européenne Vladimir Chizhov. “Nous évoquerons les dossiers en cours sur le partenariat stratégique entre la Russie et l’Union européenne. D’abord il faut travailler sur les bases de cet accord, ensuite il faut avancer sur l’abolition des visas.”

Abolir les visas pour les ressortissants qui voyagent vers n’importe lequel des 27 États membres, c’est une priorité pour le Kremlin. Pour l’heure, seuls certains pays, comme la France et l’Italie, ont assoupli leurs démarches.

Autre enjeu crucial, une éventuelle aide de la Russie pour sauver l’euro. Moscou accepterait pour cela de fournir quelques treize milliards d’euros au Fonds monétaire international.