DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Russie crée la surprise à l'ONU en voulant condamner la Syrie

Vous lisez:

La Russie crée la surprise à l'ONU en voulant condamner la Syrie

Taille du texte Aa Aa

Une lueur d’espoir pour les opposants du régime syrien, la Russie vient de lâcher Bachar al-Assad, ou presque.

Après 10 mois de répression et 5 000 morts, Moscou a proposé un projet de résolution condamnant les violences en Syrie perpétrées “par toutes les parties” et évoquant “l’usage disproportionné de la force par les autorités syriennes”.

Les Nations-Unies vont peut-être pouvoir agir pour mettre un terme à la répression. Paris et Washington se félicitent de ce revirement, même si le projet de résolution doit être retravaillé comme l’explique Hillary Clinton:

“Heureusement, nous allons pouvoir travailler avec les Russes qui, pour la première fois, ont reconnu que ce qui se passe en Syrie mérite d‘être discuté au Conseil de sécurité de l’ONU. Nous avons quelques désaccords sur la manière de traiter la question, mais nous espérons pouvoir travailler ensemble.”

Si les représentants des pays occidentaux au Conseil de sécurité continuent de trouver le texte russe trop timoré, ils ont tous fait part pour la première fois de leur volonté de négocier avec Moscou sur la base de leur texte.

Les violences sont quotidiennes dans certaines villes syriennes, comme Deraa, Hama, ou Homs qui est encerclée de chars, infestée de tireurs embusqués qui visent les civils dans les manifestations.

Mais depuis quelques semaines, avec le nombre croissant de déserteurs, les opérations contre les forces armées syriennes augmentent. Hier, dans la province de Deraa, 27 soldats auraient été tués.