DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : avantages et inconvénients de devenir membre de l'OMC

Vous lisez:

Russie : avantages et inconvénients de devenir membre de l'OMC

Taille du texte Aa Aa

Les 153 membres de l’Organisation mondiale du Commerce : l’OMC, accueille vendredi la Russie au sein de l’Organisation après 18 ans de négociations . Jusqu‘à maintenant, la Russie était la seule nation non membre de l’OMC à participer au G20 des économies les plus puissantes du monde.

La Russie a exporté plus de 400 milliards de dollars, 320 milliards d’euros de biens l’an dernier. 70% de cette somme était représentée par des minéraux (pétrole, gaz, minerais), 13% par des métaux et pierres précieuses et un peu plus de 6%par des exportations de produits chimiques.

Devenir membre de l’OMC signifie pour les russes qu’ils pourront bientôt acheter des machines-outils et les biens durables qu’ils importent, à des prix bien moins élevés qu’auparavant. 45% des importations russes sont des machines et des biens durables.

L’adhésion de la Russie à l’OMC va lui permettre d’exporter plus de produits qu’avant. Son industrie sidérurgique notamment ne sera plus sujette aux quotas imposés aux exportateurs non membres de l’OMC. De plus, les barrières douanières vont disparaître sur 700 catégories de produits, ce qui va faire baisser les taxes à l’importation de 10 à 7% pour les produits russes.

Pour les automobilistes russes l’adhésion à l’OMC est une bonne nouvelle : elle va réduire les fortes taxes qui frappent en Russie les importations de véhicules. Mais les vieux constructeurs comme AvtoVAZ, connu pour ses Lada, craignent la concurrence qui va venir de l‘étranger.

Pareil pour le secteur agricole russe.

Certains secteurs de l‘économie russe – les moins concurrentiels – vont donc souffrir. Mais les grands bénéficiaires de cette adhésion ce seront les consommateurs russes.

Natalia Marshalkovich, euronews :

Pour parler de l’importance de l’adhésion de la Russie à l’organisation mondiale du commerce, nous sommes en duplex avec Alexeï Portansky, professeur au département de politique commerciale de la Grande école des sciences économiques à Moscou. Dans ce contexte de crise , on entend souvent dire que le modèle actuel de mondialisation a fait son temps.

Alors pourquoi adhérer à l’OMC ?

Alexei Portanski, Grande école des Sciences économiques de Moscou :

“Oui certains pensent qu’il est possible de protéger

les industries nationales sans participer à des institutions mondiales comme l’OMC. Mais c’est une erreur bien sûr. Nous voulons justement adhérer à l’OMC pour protéger nos industries.

Aujourd’hui l‘économie russe est l’une des plus discriminée au monde. Nous devons faire face à de très nombreuses limitations sur les marchés extérieurs.

Et donc c’est seulement en adhérant à l’OMC que nous pourrons faire lever ces limites. De plus cela ouvrira de nouvelles possibilités aux exportateurs russes sur le marché mondial.

Et, concernant la crise actuelle et le modèle de mondialisation qu’il est tellement à la mode de critiquer, je pense qu’il est mieux d’essayer de changer les institutions financières et économiques mondiales de l’intérieur, plutôt que d‘être mis de côté. Tout simplement, et c’est évident, car toute réforme ignorerait alors les intérêts nationaux russes.

Natalia Marshalkovich, euronews :

Quelles industries russes bénéficieraient d’une adhésion de la Russie à l’OMC, et lesquelles seraient menacées ?

Alexei Portanski, Grande école des Sciences économiques de Moscou :

Nos conditions pour entrer à l’OMC sont qu’aucune industrie ne doit souffrir de l’adhésion de la Russie.

Certaines compagnies spécifiques pourraient être touchées, mais dans ce cas nous devrons voir pourquoi ces compagnies se trouvaient dans une situation difficile en premier lieu.

Si l’on parle des industries qui profiteront le plus de l’adhésion de la Russie, il y a l’industrie sidérurgique, l’industrie chimique et plus particulièrement la production de fertilisants.

Mais bon aujourd’hui il n’est possible d’exporter vos biens que si votre pays est membre de l’OMC, parce que les marchés sont en place depuis si longtemps qu’il est presque impossible pour un nouveau concurrent de les pénétrer sans faire partie de l’OMC.

Natalia Marshalkovich, euronews :

Et qu’est-ce-que l’adhésion de la Russie peut apporter à l‘économie mondiale et à l’OMC elle-même ?

Alexei Portanski, Grande école des Sciences économiques de Moscou :

Comme le directeur général de l’OMC Pascal Lamy le dit tout le temps, ce n’est qu’après avoir accepté la Russie en ses rangs que l’organisation deviendra réellement universelle, mondiale.

Je me souviens début 2000 les gens disaient : la Russie et la Chine ne font pas partie de l’OMC, l’organisation du commerce ne peut pas être considérée comme mondiale.

La Chine a adhéré en 2002, et la Russie va officiellement le faire en 2012.

Pour nos partenaires commerciaux, la Russie deviendra un partenaire plus transparent parce qu’elle suivra des règles universellement acceptées.

Et comme je l’ai dit, nous serons sur un pied d‘égalité pour élaborer de nouvelles règles pour le commerce mondial.

Et la juridiction de l’OMC englobera de nouvelles sphères –le changement climatique, l’environnement–, donc la coordination des efforts des différents Etats deviendra plus efficace.