Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • #Afghanistan: le bilan monte à 50 morts dans un attentat suicide, selon une source officielle (AFP)

Une révolution s’annonce dans le secteur bancaire en Grande-Bretagne. Alors que Londres vient de mettre son veto à un traité européen au nom de l’intérêt de la City, voilà que le gouvernement britannique promet d’aller plus loin qu’ailleurs en Europe pour protéger les dépôts des particuliers.

Le ministre des Finances prévoit de séparer les activités de détail, de celles d’investissement.

“Il est important de savoir que cette séparation n’empêchera pas les banques de faire faillite,” a affirmé George Osborne devant le Parlement britannique, “mais en cas de difficultés,” a-t-il poursuivi, “les services qui sont vitaux pour les familles, les affaires et pour toute l‘économie pourront perdurer sans que les contribuables soient sollicités.”

L’Etat ne veut pas revivre le cauchemar de 2008 oû il avait du intervenir à grands frais pour sauver des établissements de la faillite.

Les banques dénoncent cette réforme. Le maire de Londres se montre lui aussi inquiet. “La réforme consiste à rééquilibrer l‘économie britannique,” a reconnu Boris Johnson, “mais il ne faut pas tuer la poule aux oeufs d’or de nombreux Britanniques qui ont des revenus très modestes, mais qui ont investi dans des produits financiers.”

Le gouvernement a promis qu’une loi sera adoptée avant 2015, mais les banques ont obtenu que son application puisse être retardée jusqu’en 2019.

Elles affirment que cette réforme qui devrait leur coûter entre quatre et dix milliards d’euros par an les fragilise encore plus.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :