DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Génocide arménien : le torchon brûle entre la France et la Turquie

Vous lisez:

Génocide arménien : le torchon brûle entre la France et la Turquie

Taille du texte Aa Aa

Paris et Ankara au bord de la crise diplomatique. En cause : le projet de loi condamnant la négation du génocide arménien, et qui devrait, sauf surprise, être soumis demain à l’examen des députés. Une perspective que veulent à tout prix éviter des Parlementaires et hommes d’affaires turcs qui ont rencontré hier le chef de la diplomatie française.

Mais pour Valérie Boyer, la député à l’origine de cette initiative, une erreur est sur le point d‘être réparée.

“La France a reconnu en 2001 le génocide arménien, mais dans le dispositif juridique qui a été voté en 2001, il n’y avait pas de pénalisation des négationnistes.”

La mort de centaineS de milliers d’Arméniens entre 1915 et 1917 est qualifiée de génocide par la France depuis 2001, mais toujours pas par la Turquie qui préfère évoquer des “aléas liés à la première guerre mondiale”. Pour ajouter à la tension diplomatique ambiante, l’opposition socialiste annonce qu’elle votera en faveur du texte.

“Les lois ne cherchent qu‘à nuire aux relations turco-françaises, qui sont des relations très importantes, historiques, et vous voyez toute la délégation parle français. Il y a des francophones et des francophiles et ces gens-là se considèrent trahis”, déplore Osman Korutürk, ancien ambassadeur de Turquie en France.

Le projet de loi prévoit une peine maximale d’un an de prison et une amende de 45 000 euros en cas de contestation d’un génocide reconnu par la France.

Abdullah Gül, le président turc, est littéralement sorti de ses gonds, et menace Paris de lourdes sanctions diplomatiques et commerciales.