DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les soeurs Labeque: trente ans d'harmonie

Vous lisez:

Les soeurs Labeque: trente ans d'harmonie

Taille du texte Aa Aa

Quatre mains, et deux sœurs: c’est le duo de piano le plus connu au monde: Katia et Marielle Labeque, originaire du Pays Basque.

Leur tournée les a amené a Bruxelles, ou elles ont donne un concert avec l’Orchestre Philharmonique Royal de Flandres.

Les sœurs jouent ensemble depuis plus de 30 ans et elles sont parfaitement complémentaires: Katia est toujours pétillante alors que Marielle est plus calme et posée.

“L´équilibre tient du miracle. On est heureuse de partager notre vie ensemble. Et c´est pour ca je pense qu’on est heureuse de faire de la musique ensemble aussi.” dit Katia.

“De tout partager. C’est vrai. On partage tout, que ce soit des bonheurs comme des malheurs, de partager la musique, de partager des voyages. On a beaucoup, beaucoup de chance.” confirme Marielle.

Elles ont hérite leur passion pour cet instrument de leur mère italienne, une professeure de piano accomplie.

C’est un véritable défi de jouer du piano en duo, car on ne voit pas les mains de son partenaire. Il faut absolument apprendre a respirer ensemble, et garder le même rythme.

“Je crois ce qui est très, très beau c´est d´arriver après tant d´années à jouer ensemble, c´est trouver une certaine liberté et ne pas se sentir comme on était quand on a commencé, comme beaucoup de duos, ça va devenir quelque chose de très mécanique parce qu’on pense trop à être ensemble, ça devient un peu plus rigide, on est comme dans une espèce de métronome.” raconte Marielle.

“Et parfois justement c’est mieux de prendre des risques, et vraiment d´apprendre à respirer ensemble.” dit-elle.

Le répertoire pour deux pianos et un orchestre est limite, c’est l’une des raisons pour lesquelles elles ont crée une fondation pour soutenir la création de nouvelles œuvres.

Mais il y en a une qu’elles jouent depuis leurs débuts: le concerto pour deux pianos et un orchestre de Francis Poulenc. Le compositeur français, qui a écrit la pièce en 1932, mélange de nombreuses influences du monde entier: de la variété française a des sonorités d’extrême-orient.

“C’est une très, très belle pièce qui me donne beaucoup d‘énergie, je dois dire.” affirme Marielle. “Poulenc en parlais lui même parce qu’il disait que c‘était about bigness, energy and violence. Bon je ne le trouve pas tellement violent ce concerto mais l‘énergie oui ca c´est vrai. C’est tellement bien écrit. C’est son style à lui. C’est à dire qu´en utilisant des accords de tous les autres compositeurs, un peu Mozart, un peu Stravinsky, un peu Ravel un peu tout ca, mais il créé son propre langage.”

“C’est très sensible, c’est très émouvant, c’est très poétique.“dit Katia.

“Et c’est très tendre aussi.” ajoute Marielle.

“Il y a beaucoup d’humour, mais ca n´est jamais prétentieux, c’est jamais lourd, c’est jamais pompeux.” estime Katia.

Les sœurs Labeque se sentent chez elles sur toutes les scenes du monde, mais il leur reste un défi a relever, car a chaque fois, c’est un nouveau piano: “Chaque soir on va s’adapter a un nouvel instrument.” dit Katia. “Donc ça c´est la première chose difficile. Et ensuite il est énorme. C’est un grand animal noir. Donc on ne peut pas vraiment le prendre dans les bras même si en fait on finit par le prendre dans les bras. C´est une image.”

“Ce qui est assez miraculeux après tellement d´années c’est notre désir toujours de jouer ensemble. Donc ça c’est toujours la plus grande des surprises.” considère-t-elle.

Dans ce reportage, vous avez pu entendre des extraits de l‘œuvre suivante: “Concerto pour deux pianos en D mineur” de Francis Poulenc.

Pour retrouver d’autres extraits de notre interview avec les pianistes Katia et Marielle Labeque, cliquez sur le lien suivant: http://fr.euronews.net/2011/12/21/interview-avec-les-soeurs-labeque