DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cuba lâche du lest

Vous lisez:

Cuba lâche du lest

Taille du texte Aa Aa

Pouvoir partir de 11 mois jusqu‘à 2 ans, renouvelables, avec le droit de revenir.

Depuis un demi-siècle, les cubains en rêvent. Vivre ailleurs, rendre visite à leurs familles ou bien seulement voyager. Un droit dont ils vont désormais pouvoir jouir librement.

Depuis le début des années 60, la loi en vigueur impose l’obtention d’un permis de sortie, délivré pour une durée de 30 jours, renouvelable 10 fois mais qui peut être refusé sans explication. Si le titulaire n’est pas revenu à l’issue de sa validité, il perd toute possibilité de retour.

Des restrictions qui vont poussent tout au long des décennies, les cubains à l’exil, la plupart vers les Etats unis et souvent sur des embarcations de fortune ou beaucoup trouvent la mort. Dans les années 90 à 2000, cette vague d’immigration a explosé.

La réforme migratoire est pour eux une vraie révolution:

“Pour les Cubains qui sont restés ici, qui ont de la famille, des enfants, des parents aux Etats-Unis, ce serait vraiment bien” dit cet homme.

“Oui, c’est bien, ajoute cette cubaine, il faut changer le système afin que les Cubains puissent aller où ils veulent. Partout… “

Incontestablement depuis plusieurs mois, les règles changent à Cuba. L’idéologie qui a toujours régenté la vie de l‘île laisse peu à peu place au pragmatisme économique. Récemment, deux réformes ont aussi vu le jour : le droit de vendre ses biens, et celui d’emprunter à la banque.

Même si l‘île reste encore très verrouillée, la nouvelle direction affiche clairement son intention d’améliorer les relations avec l‘étranger et notamment les Etats-Unis. Des réformes qui pourraient ouvrir la voie à la levée des sanctions.

Pour Cuba, réputée pour la qualité de son éducation, l’ouverture comporte ses risques, le premier étant la fuite de ses cerveaux.