DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : le retrait des prothèses mammaires PIP recommandé à titre préventif

Vous lisez:

France : le retrait des prothèses mammaires PIP recommandé à titre préventif

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement français recommande aux femmes porteuses de prothèses mammaires de marque PIP de se les faire retirer. Ces prothèses, conçues à partir d’un gel non conforme, peuvent se déchirer et provoquer des inflammations. Huit cas de cancers ont par ailleurs été détectés mais, à ce jour, aucun lien direct avec les prothèses n’a pu être établi.

Le ministre de la Santé insiste sur le caractère préventif et non urgent de cette recommandation qui s’adresse à près de 30 000 femmes en France. Mais elles seraient bien plus nombreuses à l‘étranger. «PIP, c‘était 87% d’export à l‘étranger donc entre 300 000 et 400 000 victimes potentielles dans le monde. Je suis beaucoup contacté en ce moment par l’Espagne, l’Italie. On a des articles au Vénézuela, au Brésil, en Ukraine. J’ai eu ce matin un journaliste anglais. Il y a vraiment des victimes PIP dans le monde entier», explique Alexandra Blachère, présidente de l’association de défense des porteuses de prothèses PIP.

C’est la première fois qu’une explantation d’une telle ampleur est recommandée dans l’Hexagone. Mais cela soulève de nombreuses questions, notamment de financement. Car, si le retrait des prothèses mammaires sera en pris en charge par l’assurance maladie, un nouvel implant pour raisons esthétiques sera en revanche à la charge des clientes.