DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La CNAM va porter plainte dans l'affaire des prothèses PIP

Vous lisez:

La CNAM va porter plainte dans l'affaire des prothèses PIP

Taille du texte Aa Aa

En France, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie va porter plainte, dans l’affaire des prothèses mammaires de marque PIP.

Le fondateur de la société, Jean-Claude Mas, serait par ailleurs recherché par Interpol, pour une toute autre affaire de conduite en état d’ivresse au Costa Rica.

Selon un technicien de l’entreprise PIP, le gel incriminé aurait été fabriqué à partir d’une huile de silicone alimentaire bon marché.

Patrick Baraf raconte qu’il a rencontré Jean-Claude Mas lors de congrès, comme beaucoup de chirurgiens: “Il nous disait: vos prothèses texturées sont nulles, il faut poser les miennes.” dit-il. “Donc il avait ce comportement purement aggressif. Monsieur Mas était prêt à tout pour avoir une part importante du marché. Il manifestait de manière évidente une voracité sur le plan commercial. Cela se traduisait par un dumping commercial, c’est-à-dire des ventes de prothèses à des prix très insuffisants.” ajoute-t-il.

Six fois moins cher qu’un gel médical, il provoque des inflammations et peut-être des cancers. La France a recommandé aux femmes portant des prothèses PIP de les faire retirer. Mais l’affaire prend une tournure mondiale: en tout, 300 000 femmes seraient concernées, dont beaucoup se trouvent en Amérique Latine.