DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les SDF chassés des villes de Hongrie

Vous lisez:

Les SDF chassés des villes de Hongrie

Taille du texte Aa Aa

En Hongrie, de plus en plus de sans abris sont obligés de se cacher, ou de trouver refuge à la périphérie des villes – comme ici dans cette forêt près de Budapest – car depuis le début du mois, les SDF peuvent écoper d’amendes s’ils dorment dans la rue. Ceux qui ne peuvent pas payer sont passibles d’une peine de prison.

“Mettre les gens en prison alors qu’ils ne font que dormir, c’est incroyable. où sont-ils censés dormir s’ils n’ont pas d’autre choix ? et en plus les punir avec des amendes ? où vont-ils trouver l’argent?”, s’indigne Julianna Szvett, une sans-abris.

Cette loi voulue par Fidesz, le parti au pouvoir, est censée inciter les sans-abris à se rendre dans les centres d’hébergement, c’est ce qu’explique le rédacteur du texte, Mate Kocsis, qui est aussi le maire du 8ème district de Budapest :

“Pour l’instant, personne n’a été mis en prison et personne n’a écopé d’amende. Ce sont des déclarations déformées et mal interprétées. Le but de cette loi est avant tout de faire de la prévention”.

Une déclaration contredite par les travailleurs sociaux et par cette femme qui vit dans les rues de la capitale hongroise et qui a déjà eu affaire à la police.

“Ils m’ont dit de me lever sinon j’allais devoir payer 50000 forints, 160 euros, je ne faisais que fumer une cigarette”.

L’amende peut même atteindre 500 euros si les sans-abris sont pris en flagrant-délit de récidive.

On estime à 10 000 le nombre de SDF en Hongrie, la plupart d’entre eux vit à Budapest.