DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'affaire Karachi rebondit, à 110 jours de la présidentielle


France

L'affaire Karachi rebondit, à 110 jours de la présidentielle

Et revoilà l’affaire Karachi. Le président français Nicolas Sarkozy est-il personnellement impliqué dans le montage financier qui a permis la vente de trois sous-marins au Pakistan ? Pour “Libération”, la réponse est oui. Le quotidien cite un ancien haut fonctionnaire du ministère de la défense pour qui le chef de l’Etat actuel était au courant du versement des commissions. Et toujours selon cette source, il ne pouvait ignorer la création de la société écran Heine, basée au Luxembourg, chargée de recevoir les commissions destinées à des intermédiaires.

La justice doivent maintenant dire si ces ventes d’armement ont donné lieu à des rétrocommissions qui auraient financé la campagne d’Edouard Balladur en 1995, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole. L’interruption du versement de ces commissions serait à l’origine de l’attentat de Karachi au Pakistan qui a coûté la vie à 14 personnes dont 11 Français en mai 2002.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Viktor Orban, le pouvoir verrouillé