DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Romano Prodi: "L'euro deviendra l'un des repères de l'économie mondiale"


monde

Romano Prodi: "L'euro deviendra l'un des repères de l'économie mondiale"

Le 1er janvier, nous avons célébré un anniversaire important. Il y a dix ans, l’euro était mis en circulation. Billets de banque, pièces, il devenait la nouvelle monnaie européenne de onze pays. Marquons cet anniversaire. Nous nous sommes entretenus avec Romano Prodi, avec nous depuis Rome. En 2002, il était le Président de la Commission européenne.

Simona Volta, euronews :

Romano Prodi, bienvenue.Je vous demande immédiatement quel est votre souvenir le plus marquant?

Romano Prodi :

“J’ai beaucoup de souvenirs politiques, mais seulement une vraie émotion. C‘était à Vienne, le soir du Nouvel An. Avec le chancelier autrichien, à minuit, nous avons fait notre premier achat en euro. Le premier achat légal. Nous avons acheté un bouquet de fleurs pour nos épouses et tout le monde était dans la rue, dans une Vienne joyeuse. J’ai le souvenir d’une grande chose vécue à petite échelle, de la conscience d’un évènement énorme et d’une émotion toute personnelle. Car changer une monnaie signifie changer la structure de l’Etat”.

euronews :

Qu’est-ce qui vous a poussé à tout cela?

Qu’est-ce qui vous a convaincu de la nécessité d’adopter une monnaie européenne unique?

Romano Prodi :

“La même chose dont je suis encore convaincu aujourd’hui, parce que je n’ai pas changé d’idée.

Si nous voulons construire une nouvelle Europe, nous devons poser ensemble les piliers d’un Etat moderne. Ces piliers, ce sont une armée et une monnaie. Par armée, j’entends politique étrangère, défense et sécurité. Avec la monnaie, un symbole économique. Bien sûr, nous aurions pu commencer par l’un ou l’autre, mais historiquement nous avons eu cette possibilité, car le côté économique s’est développé plus rapidement. C’est pourquoi nous avons mis toutes nos forces pour y arriver. Car si l‘économie n’est pas unifiée et que nous n’avons pas une monnaie commune, nous ne pouvons pas affronter l’avenir.”

euronews :

Dix ans après son entrée en vigueur, l’euro vit ses moments les plus difficiles. La monnaie unique a-t-elle un avenir, selon vous ? Et, si oui, lequel?

Romano Prodi :

“Ces moments difficiles étaient prévisibles. Quand nous avons établi l’euro, mon objection, en tant qu‘économiste – et j’en ai parlé avec Kohl et avec les chefs de gouvernements – a été : comment pouvons-nous faire une monnaie commune sans des piliers financiers, économiques et politiques uniques? La réponse judicieuse a été : faisons pour l’instant ce bond en avant, le reste viendra après. Puis arriva l’Europe des peurs, la peur de la Chine, la peur des immigrés, la peur de la mondialisation. Donc, il était clair que cette crise arriverait. Mais l’euro est si important, si commode pour tout le monde, à commencer par l’Allemagne, que je n’ai aucun doute sur le fait que l’euro non seulement survivra, mais deviendra l’un des repères de l‘économie mondiale.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Téhéran teste d'autres missiles