DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Espagnols prêts à la bataille pour la nouvelle année


économie

Les Espagnols prêts à la bataille pour la nouvelle année

Tradition oblige. Malgré les mauvais augures pour l‘économie, les Espagnols ont reçu le nouvel an avec le sourire et en avalant les douze raisins porte bonheur. 2012 ne sera certainement pas l’année de la fin de la crise, mais on se dit prèt à la bataille.

“La crise, nous allons en sortir tous ensemble, comment? En travaillant, en luttant, en se battant…” dit José Vicente Muñoz.

Tout juste la veille, quatre ministres du nouveau gouvernement de centre-droit annonçaient les premières mesures d’austérité pour réduire le déficit public. La recette n’est autre qu’une augmentation de l’impôt sur le revenu et de la taxe foncière pour encaisser 6 milliards d’euros, et une réduction des dépenses de près de 8,9 milliards d’euros en gelant les salaires et l’embauche de fonctionnaires.

Dans la rue, cette annonce a été reçue avec un sentiment de résignation ou d’injustice, selon les cas :

“On va devoir assumer estime Ángel Ramírez. Je crois que certains seront plus touchés que d’autres, mais on doit assumer, il n’y a pas le choix.”

“‘Je suis totalement contre, considère Isabel. Cela touche toujours ceux qui sont le plus dans le besoin, ils vont supprimer l’aide au logement, geler le salaire minimum, je trouve qu’ils devraient penser à geler aussi d’autres salaires, plus élevés et moins nécessaires…”

Le salaire minimum, 641,40 euros sera gelé cette année pour la première fois depuis sa mise en place en 1980… Par contre une augmentation de la TVA en mars, lors de l‘élaboration du prochain budget, n’est pas exclue. Le taux espagnol de la TVA à 18% est le plus bas d’ Europe derrière celui de Chypre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

BCE : un Belge nommé au poste d'économiste en chef