DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nouvelles révélations sur la composition des implants siliconés PIP


France

Nouvelles révélations sur la composition des implants siliconés PIP

On en sait plus aujourd’hui sur les industriels auprès desquels la société française, qui a cessé son activité en mars 2010, s’est approvisionnée.

Parmi eux, le Français BlueStar et l’Allemand Brenntag.

Brenntag, premier distributeur mondial de produits chimiques, a admis avoir vendu à PIP un silicone utilisé dans la construction et les équipements électroniques.

BlueStar, société de Lyon, affirme que le produit vendu était destiné à un usage industriel.

Son porte-parole, Jean-François Granat :

“Nous avons vendu, via nos distributeurs, des produits de la gamme Rhodorsil, qui est une gamme destinée à un usage industriel, tel que la fabrication du pneu, les industries pétrolières dans les anti-mousse – pour éviter la mousse lors de l’extraction du pétrole, ou dans le traitement des eaux usées”.

En France, 30.000 femmes sont concernées par ces implants dangereux et peut-être à l’origine de cancers. Le gouvernement français leur a conseillé une explantation, prise en charge par l’assurande maladie. Dans le monde, 300.000 à 400.000 femmes sont concernées.

“Nous avons un gel industriel dans notre poitrine, déclare cette Espagnole qui a reçu des implants PIP, et je trouve que si le ministre de la Santé l’a retiré du marché, alors il doit aussi nous aider à subir une opération pour nous le retirer.”

Mais pour ce médecin espagnol, c’est tout un système commercial qui est fautif :

“Je pense que personne n’a voulu vraiment savoir si le système de contrôle pouvait échouer. Mais il a échoué en France, en espagne ou en Angleterre parce que les congrès médicaux sont sponsorisés par les fabricants de produits et personne ne veut aller contre son sponsor”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Téhéran conseille aux Etats-Unis de ne pas faire revenir leur porte-avion