DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le poulet allemand sur la sellette

Vous lisez:

Le poulet allemand sur la sellette

Taille du texte Aa Aa

Peut-être un nouveau scandale alimentaire en Allemagne, tout juste un an après celui de la dioxine. Selon les résultats d’une récente étude, les poulets vendus en grande surface seraient pour la plupart porteurs d’un germe résistant aux antiobiotiques, mais également d’autres agents pathogènes potentiellement dangereux.

En cause : l’utilisation des antibiotiques qui s’est banalisée dans l‘élevage industriel.

“Le risque est qu’un transfert de ces germes de l’animal à l’homme se produise pendant la phase de conditionnement, souligne Hurbert Weiger, de l’Association allemande des Amis de la Terre. Ce qui pourrait donc conduire à une absorption de germes résistants aux antibiotiques, et constituerait un danger en matière de santé.”

Les résultats de cette étude menée dans des grandes surfaces à Berlin, Hambourg, ou encore Cologne, révèlent la présence de germes dans un poulet sur 2.

Pour Holger Eichele, porte-parole du ministère allemand de la Protection des consommateurs, il y a urgence. “Un durcissement de la règlementation est nécessaire, dit-il, pour limiter l’usage des antibiotiques au traitement des maladies animales.”

Rien pour rassurer les consommateurs qui pourraient finir par jeter leur dévolu sur une autre viande en attendant des jours meilleurs.

Ou alors privilégier les fruits et légumes, sachant que 77% des porcs et la quasi totalité des veaux allemands sont traités à l’aide d’antiobiotiques.