DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cokie Roberts : "l'avantage des caucus est que les candidats vont directement au contact des électeurs"

Vous lisez:

Cokie Roberts : "l'avantage des caucus est que les candidats vont directement au contact des électeurs"

Taille du texte Aa Aa

Adrian Lancashire, euronews :

“Cokie Roberts, journaliste politique, est avec nous. Cokie, vous êtes au cœur de ces primaires que vous suivez depuis le début. Apparemment, les plaisanteries, même les plus personnelles, ont trouvé leur place dans le processus de sélection de celui ou celle qui pourrait devenir président du pays le plus influent de la planète. Est-ce que les Américains prennent tout cela au sérieux ?”

Cokie Roberts :

“Les Américains prennent cela très sérieusement, mais l’humour joue vraiment un rôle important. Et bien sûr, quand les candidats se retrouvent ensemble sur une même scène, comme c‘était le cas le week-end dernier, pour deux débats, s’attaquer de manière frontale est plus facile avec une note d’humour ou si vous faites un petite blague, ou au moins un petit sourire. Au final, vous passez pour quelqu’un d’inoffensif, mais votre mission qui consiste à dire que le type en face n’a pas l‘étoffe d’un président est remplie.”

euronews :

“Dans un pays aussi diversifié que les Etats-Unis, est-il juste de dire que certains États ont plus de poids que d’autres ? Peut-on le dire en prenant l’exemple de l’Iowa et du New Hampshire ?”

Cokie Roberts :

“Vous savez, beaucoup de gens pensent qu’aucun de ces états ne devrait avoir une telle influence. Et qu’ils ne sont pas représentatifs pour le pays dans son ensemble. Mais l’avantage dans ces cas de figure est que les candidats vont directement au contact des électeurs de l’Etat. Ce qui est assez remarquable. Le processus dans l’Iowa est moins démocratique. Ces réunions ou caucus comme on les appelle, sont limités dans le temps, à peine quelques heures au cours d’une soirée, donc les électeurs qui travaillent de nuit ne peuvent pas voter, alors que dans le New Hampshire, l‘élection a lieu à des heures normales, en pleine journée. Donc je crois que l’impact est effectivement un peu plus important. Cela permet également aux électeurs indépendants – ceux qui ne sont ni démocrates, ni républicains – d‘être présents et de voter, et cela donne une indication sur les élections de l’automne qui suit, les élections générales, parce que l’on sait que le vote des indépendants peut à lui seul faire basculer l‘élection.”

euronews :

“Comment interpréter le fait que les républicains aujourd’hui continuent de se tirer dans les pattes, comme on l’a vu ? Est-ce que tout ça fait beaucoup rire chez les démocrates ?”

Cokie Roberts :

“Les démocrates aiment beaucoup ces primaires républicaines et ils les suivent de très près. Et il faut dire que le spectacle est plutôt intéressant. Mais ce n’est pas tant de savoir ce que tel candidat est susceptible de raconter au sujet de son adversaire qui est intéressant – mais plutôt ce que chacun raconte sur son propre compte, et qui peut parfois s’avérer contre-productif. Parce qu’en voulant rallier la frange la plus conservatrice à leur cause, ils en viennent souvent à faire renoncer les indépendants lors des élections d’automne, et c’est précisément cela que les démocrates prennent le plus de plaisir à regarder : quand les candidats commettent ce type de gaffes.”

euronews :

“Chaque candidat y est allé de sa déclaration au cours de cette campagne, l’un traitant Obama de perdant, l’autre se faisant le chantre du catholicisme, un autre proposant de faire sortir les Etats-Unis de l’ONU. Polariser l’opinion publique d’une telle manière est-il sans impact ? Cela ne risque-t-il pas de créer une certaine division ?”

Cokie Roberts :

“Une certaine division règne en ce moment. Le pays est très polarisé, bien plus que dans notre histoire récente. Et il faut dire qu’un certain nombre de programmes à la télévision et d’articles publiés sur le net contribuent à pousser les gens à se diriger vers les extrêmes, aussi bien à gauche qu‘à droite, et puis nous vivons dans une période très polarisée. Par conséquent, les voix du centre seront capitales dans le choix qui sera fait en novembre prochain. C’est pourquoi les paroles prononcées en ce moment par les candidats républicains dans le New Hampshire peuvent avoir une réelle influence sur le choix des indécis à l’automne.”