DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : Bachar al-Assad veut frapper les "terroristes" d'un main de fer

Vous lisez:

Syrie : Bachar al-Assad veut frapper les "terroristes" d'un main de fer

Taille du texte Aa Aa

Le président syrien promet des réformes et une réponse de fer à la révolte populaire.

Dans son discours prononcé à l’Université de Damas et retransmis à la télévision d’Etat, Bachar Al Assad s’est à nouveau défendu d’avoir donné des ordres de tirer sur son peuple :

“Il n’y a eu aucun ordre à quelque niveau que ce soit de tirer sur les civils a-t-il assuré. Notre priorité maintenant, c’est de rétablir la sécurité qu’a connu notre pays pendant des décennies. Cela ne peut être obtenu qu’en frappant les terroristes d’une main de fer.”

Depuis la mi-mars, la Syrie est en proie à une vague de contestation réprimée dans le sang, mais le régime ne reconnaît pas l’ampleur de la révolte et attribue les troubles à des “groupes terroristes” manipulés par l‘étranger. Or tous les jours sont postées sur internet des vidéos montrant des manifestations qui finissent dans le sang.

Selon l’ONU, plus 5 000 personnes ont été tuées par les forces de l’ordre en 9 mois. Les autorités syriennes font état de 2 000 soldats et policiers tués.

Le discours d’Assad intervient en pleine polémique sur la mission des observateurs de la Ligue Arabe, jugée inefficace.

“Nous ne fermons pas la porte aux propositions, nous ne fermons la porte à aucune initiative arabe si c’est dans le respect de la souveraineté syrienne et dans le souci de l’unité de notre nation” a précisé le dirigeant syrien.

Le 12 novembre, la Ligue Arabe a suspendu la Syrie de toutes ses instances et le 27 novembre, elle lui a imposé des sanctions économiques. Fin décembre, des observateurs ont été sur le terrain pour vérifier l’application d’un plan de résolution de la crise accepté par Bachar al Assad début novembre. Ce plan prévoit la libération des détenus, la fin de la répression, le retrait de l’armée des villes et l’ouverture d’un dialogue avec l’opposition.

Dans son discours, Assad a aussi annoncé la tenue d’un référendum sur une nouvelle constitution.

Dès que la commission chargée de travailler sur une nouvelle constitution aura fini son travail, nous organiserons un référendum. Nous agirons avec les moyens constitutionnels, par référendum, et ce référendum sur la constitution devrait avoir lieu en mars.”

OK Le discours de Bachar al-Assad, une “incitation à la violence”

Le discours de Bachar al-Assad est une “incitation à la violence” et “à la guerre civile” estime l’opposition syrienne. Un discours suivi attentivement par les réfugiés syriens notamment en Turquie, pays qui accueille des déserteurs de l’armée syrienne et les membres du Conseil national syrien, le CNS. “Tout son discours est fait de propagande et de mensonges, déplore Haytham al Maleh, avocat des droits de l’homme et membre du CNS. Bachar al-Assad veut faire croire à la communauté internationale et au monde arabe qu’il est bon et qu’il va changer, mais il ne le fera pas”.

Le chef du CNS, Burham Galioun, estime que Bachar al-Assad a affirmé” sa détermination à user de la violence contre le peuple syrien”. Il a appelé la communauté internationale à assurer une protection aux civils le plus rapidement possible. Il a exhorté la Ligue arabe à saisir le Conseil de sécurité de l’Onu et les organisations internationales.

Avec AFP