DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mitt Romney: mission quasi accomplie?

Vous lisez:

Mitt Romney: mission quasi accomplie?

Taille du texte Aa Aa

Euronews:

Sans grande surprise, Mitt Romney a gagné assez facilement dans le New Hampshire, avec une marge confortable même. Ou en est le Parti républicain désormais face à barack Obama en vue du scrutin de novembre?

Avec nous Stefan Grobe, notre correspondant aux Etats-Unis, merci de nous rejoindre après cette longue nuit. Stefan, peut-on dire que Mitt Romney a déjà gagné?

Stefan Grobe :

Oui je le crois, Romney et sa famille sont allés au cinéma le jour de la primaire, il sont allés voir le dernier “Mission impossible”, mais c’est plutôt Mission accomplie en ce qui le concerne… Il l’a

emporté avec une avance confortable, et je pense qu’il a les bonnes cartes en main pour gagner l’investiture.

Euronews:

Ron Paul arrive deuxième avec plus de 20% des voix, comment va évoluer la campagne maintenant ?

Stefan Grobe :

Cela a été un peu la surprise car dans les derniers sondages, il apparaissait beaucoup plus faible. Ron Paul, vous pouvez aimez ou non sa ligne politique, mais c’est un candidat authentique, c’est le doyen, il a 76 ans, mais il séduit les jeunes et ceux qui votent pour la première fois. Il se définit comme un “libertarien”, un candidat républicain qui veut réduire l‘état fédéral au maximum. Il dispose d’une base électorale solide de 20, 25 pourcent, mais malgré tout, je ne pense pas qu’il soit un danger pour Mitt Romney.

Euronews:

Il n’a pas les mêmes moyens financiers non plus …

Stefan Grobe :

C’est vrai, Romney est de loin celui est le plus riche, celui qui a les moyens les plus importants dans le parti républicain, il a aussi beaucoup d’influence…

Euronews:

On a beaucoup parlé de John Huntsman, l’ancien ambassadeur en Chine, on disait qu’il allait remonter dans les sondages au dernier moment, mais il a fait une décevante 3ème place. Est-il hors course ?

Stefan Grobe :

Officiellement, il est toujours dans la course. C‘était un peu une inconnue, un peu aussi une menace pour Romney car ils sont sur le même terrain. C’est un républicain modéré, il n’est pas conservateur, comme Romney il a un beau cv, il est élégant. Et naturellement, il appartient à l’establissement républicain. Une belle performance de Jon Huntsman aurait représenté une menace pour Mitt Romney, mais cela ne s’est pas produit. Huntsman a déjà annoncé qu’il se présentait en Caroline du sud, mais de loin, Romney reste le candidat républicain le plus fort.

Euronews:

Justement, à propos de la primaire en Caroline du sud le 21 janvier, pensez-vous que l’accent mis sur la carrière passée de Romney dans les affaires et la finance puisse jouer contre lui ? Comment voyez-vous l‘évolution de la campagne?

Stefan Grobe :

C’est un peu un problème. Romney est sur la défensive ici à propos des licenciements quand il travaillait chez Bain Capital, une compagnie

d’investissement américaine, une question sur laquelle il a été épinglé par Newt Gingritch. Gingritch a déjà prédit qu’il allait gagner la Caroline du sud. La Caroline du sud est un enjeu totalement différent, c’est un Etat plus grand et surtout plus conservateur que le New Hampshire … Il y a beaucoup plus de chrétiens évangélistes et c’est l‘électorat que vise Newt Gingritch. Ce sera donc une partie difficile. Mais cela étant, Mitt Romney est en tête en Caroline du sud, et s’il gagne la Caroline du sud, le partie sera conclue très rapidement….