DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rwanda : une nouvelle expertise conforte le camp Kagame

Vous lisez:

Rwanda : une nouvelle expertise conforte le camp Kagame

Taille du texte Aa Aa

D’où est parti le missile qui a abattu l’avion du président rwandais Juvenal Habyarimana le 6 avril 1994?

Un nouveau rapport d’expertise judiciaire réalisé par des enquêteurs français conforte les proches de l’actuel président du Rwanda, Paul Kagame, sans pour autant désigner l’identité des tireurs.

C’est l’attentat contre Habyarimana, de l’ethnie hutue, qui va déclencher le génocide rwandais, en cent jours 800.000 tutsis seront tués selon l’ONU.

Le rôle des troupes françaises sur place au moment de l’attentat puis des massacres a longuement été l’objet de litige entre Paris et Kigali.

16 ans plus tard, le rapport balistique commandé par le juge français Marc Trévidic, prouve que l’avion présidentiel a été abattu par des tirs provenant du camp militaire de sa propre garde présidentielle, et non pas de la position des rebelles tutsis.

C’est ce que confirmait hier Bernard Maingain, l’avocat du président Kagame : “Le rapport d’expertise qui nous a été communiqué, je suis autorisé par les clients à vous le dire, confirme l’hypothèse d’un départ de tir de missile depuis le camp de Kanombe.”

Pour l’instant, Philippe Meilhac, l’avocat de la veuve du président assassiné, Agathe Habyarimana relativise les conclusions du rapport : “Vous savez, c’est du langage d’experts. On nous a lu les conclusions de ce rapport qui fait 300 pages. Évidemment, on va l’examiner dans le détail.”

En 2010, le rapport du gouvernement rwandais avait déjà désigné l’entourage du président Habyarimana comme commanditaire de son assassinat dans le but de faire avorter son plan de partage du pouvoir avec les rebelles de Kagame.

L’enquête française conduite initialement par le juge Jean-Louis Bruguière avait abouti à l’inverse au lancement en 2006 de mandats d’arrêts contre des proches du président Kagame.

Selon le juge, c’est le Front patriotique rwandais de Kagame qui avait abattu l’avion présidentiel. Cette accusation a brouillé les relations entre Paris et Kigali, jusqu‘à une récente amorce de réconciliation.