DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

BCE: quelles recettes face à la crise?


Le bureau de Bruxelles

BCE: quelles recettes face à la crise?

La Banque centrale européenne n’est toujours pas habilitée à jouer les prêteurs en dernier ressort pour secourir les maillons faibles de la zone euro, mais elle n’a pas lésiné pour approvisionner les banques européennes en liquidités. L’Italien Mario Draghi a pris la tête de l’institution en novembre, et au début de l’année, c’est un belge, Peter Praet qui a pris le poste d‘économiste en chef laissé vacant par Juergen Stark.
 
La première opération majeure de Draghi aura été le prêt de 489 milliards d’euros sur trois ans à 523 banques de la zone euro à un taux de 1% seulement. C‘était peu avant Noël. Mario Draghi s’est engagé à faire plus si nécessaire, craignant un coup d’arrêt aux crédits comme cela avait été le cas dans le sillage de Lehman Brothers en 2008.  
Pour dégripper la machine, la BCE a baissé son principal taux directeur à 1%. Et certains parient sur une nouvelle baisse. Une deuxième opération de prêt aux banques à un taux très avantageux devrait avoir lieu fin février. Pour autant, les banques ont tendance à jouer les fourmis en stockant leurs excédents.

Pour mieux oxygéner le secteur, la banque centrale européenne a assoupli ses règles sur les garanties réclamées aux banques. Des banques toujours frileuses sur le marché de la dette souveraine. Et la récente dégradation de neuf pays européens par l’agence de notation Standard and Poors n’est pas de nature à ramener la confiance.

Dans notre reportage vidéo, retrouvez également un entretien avec Vítor Constâncio, le vice-président de la Banque centrale européenne.
 

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Présidence danoise de l'Union : de belles promesses en attendant les actes