DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Action collective contre un gros pollueur chinois


Chine

Action collective contre un gros pollueur chinois

Une action en justice collective contre un groupe industriel qui a pollué les terres d’une région entière en Chine : c’est une première.

Dans le Yunnan, les habitants notamment de deux villages ont été victimes de pollution au chromium, un métal notoirement cancérigène. La mort de tout un troupeau de bétail l’année dernière a averti la population.

“Avant, on n’en savait rien, explique un homme. Quand nous étions malades, nous ne savions pas de quoi il s’agissait. Les médecins

aussi avaient du mal à trouver des causes. Notre potager était juste à côté de l’usine. Ils ont même creusé une rigole pour leurs évacuations”.

Des enquêtes ont montré que le taux de chromium dans la rivière locale étaient 200 fois supérieur au taux maximum toléré.

Cette famille honore le souvenir de l’un des siens, décédé d’un cancer.

“Pourquoi une telle usine chimique a t-elle été construite ici et pas à Pékin ou à Shanghaï ? demande ce vieil homme. Ce n’est pas parce qu’ils n’auraient pas pu, c’est parce qu’il y a des gens qui regardent là-bas”.

Cette pollution au chromium est devenue un vrai point de ralliement pour associations et avocats spécialistes du droit de l’environnement. Une plainte a été déposée et une procédure lancée.

“C’est la première fois, explique ce responsable de Greenpeace, qu’une organisation civile de défense de l’environnement est reconnue comme demandeur dans un procès de droit public. Cela veut dire qu‘à l’avenir, la nature pourra être représentée par de telles organisations”.

Les associations écologistes ont demandé à l’entreprise fautive la création d’un fonds de compensation pour les victimes de la pollution.

Dans un pays où la croissance industrielle a parfois tout écrasé sur son passage, cette action en justice est un précédent historique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : Ban Ki-Moon hausse le ton