DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le cerveau s'atrophie en cas de dépression majeure


science

Le cerveau s'atrophie en cas de dépression majeure

Une dépression majeure entraîne des changements structurels dans des zones du cerveau qui impliquent l’humeur, la mémoire et la prise de décision.

Une équipe du centre de recherche biomédicale spécialisé en santé mentale de l’hôpital de Maudsley à Londres travaille sur le rétrécissement de certaines zones du cerveau.

L’hippocampe, le cortex préfrontal et le noyau amygdalien, sont particulièrement sensibles aux changements.

Des zones essentielles dans l’interprétation du stress et dans la détermination des réponses appropriées. De nombreux médiateurs chimiques sont impliqués, notamment le cortisol, l’hormone du stress.

C’est cette hormone qui serait responsable de cette atrophie du cerveau. Elle est libérée par les glandes surrénales qui augmentent de volume chez les personnes souffrant de dépression.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

Les glaciers alpins ont perdu un quart de leur superficie en 40 ans