DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grève des routiers et des taxis en Italie


Italie

Grève des routiers et des taxis en Italie

L’Italie est partiellement bloquée par une grève générale des transporteurs routiers. Le mouvement, entamé la semaine dernière en Sicile, touche désormais l’ensemble du pays et provoque des dizaines de kilomètres de bouchons.

Les grévistes protestent contre l’augmentation des taxes pétrolières. Cette mesure, adoptée dans le cadre du plan d’austérité, a entraîné une forte hausse des prix à la pompe. «Un camion qui fait l’aller-retour entre Milan et le sud de l’Italie consomme près de 700 litres d’essence. L’augmentation des prix représente ici une perte 120 euros. Six voyages par mois, c’est 600 euros de perte. Le gouvernement ne sait pas combien cela coûte, il voit à la télé le prix du gasoil mais lui ne paye rien », explique un chauffeur de camion.

Le prix du carburant à la pompe a atteint des niveaux record : 1 euros 76 pour le litre d’essence, 1,71 euros pour le diesel. Les automobilistes coincés dans les bouchons comprennent la grogne des routiers. “Ils ont raison de bloquer les routes car 90% de l’Italie se déplace sur roues. Si vous bloquez les routes, vous bloquez tout ». Un autre automobiliste soutient le mouvement : «C’est très bien ce qu’ils font, ils ont raison même s’ils nous créent des problèmes.”

Autre mouvement de grève, celui des chauffeurs de taxis à Rome. Mise à part l’augmentation du prix du carburant, ils protestent contre l’ouverture de leur profession à la concurrence.

D’autres mouvements de grève sont attendus en Italie dans les prochains jours. Ils pourraient toucher les trains, les pharmacies et l’approvisionnement d’essence.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Syrie rejette le plan de la Ligue Arabe