DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Anders Fogh Rasmussen : " pour une Défense intelligente "

Vous lisez:

Anders Fogh Rasmussen : " pour une Défense intelligente "

Taille du texte Aa Aa

L’intervention de l’Otan en Libye a permis de renverser le colonel Kadhafi, mais a aussi soulevé des questions embarrassantes sur la stratégie future de l’Alliance. Peut-elle et doit-elle mener des missions de ce type dans le contexte actuel d‘érosion des budgets de la Défense et de son long engagement en Afghanistan ?

Les grands défis de l’organisation militaire, nous les avons abordés avec son secrétaire général, le danois, Anders Fogh Rasmussen.

Paul Hackett, euronews

‘’ Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’Otan, bienvenue sur euronews. L’issue de la campagne libyenne a été qualifiée de succès. Mais quand on y regarde de plus près, beaucoup de questions ont été posées sur cette campagne, sur la capacité de l’Europe de mener une guerre sans aide américaine. Elle a exposé de nombreuses fragilités dans la Défense européenne, n’est-ce pas ? “

Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’Otan

‘’ En premier lieu, les aspects positifs du commandement européen ! En fait, c‘était la première fois dans l’histoire de l’Alliance que les Européens et le Canada prenaient le commandement, bien évidemment avec un soutien fort de la part des Etats-Unis. Mais c’est un pas significatif dans l’histoire de l’Alliance de voir qu’une telle opération peut être conduite sous commandement européen. Il s’agissait en fait de répondre à l’appel répété des Américains, qui souhaitaient voir les Européens assumer davantage de responsabilités. Et ils ont relevé le défi.”

euronews :

‘’ Certainement, mais quand le secrétaire américain à la Défense sortant, Robert Gates, affirme que l’Otan sera confrontée à un avenir “sombre et lugubre” si l’Europe n’en fait pas assez, n’en fait pas plus, ce n’est pas vraiment bon signe. Il a raison, n’est-ce pas, l’Europe ne fait pas autant qu’elle devrait ? “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ Les opérations en Libye illustrent le fait que l’Europe assure sa part du contrat, l’Europe a la volonté de faire ce qui est nécessaire quand le besoin s’en fait sentir. Donc c’est l’aspect positif. Cela dit, il est bien sûr problématique de voir le fossé atlantique se creuser entre l’Amérique et l’Europe.”

euronews :

“ Ce fossé va encore se creuser n’est-ce pas ? Je veux dire, Barack Obama, au début de l’année, a dit que l’Amérique allait se concentrer sur la zone Asie-Pacifique. Cela veut-il dire que l’Amérique n’a plus d’intérêt à défendre la périphérie de l’Europe ? “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ En fait, les Américains ont dit au même moment qu’ils resteraient engagés dans les relations transatlantiques. Nous ne devrions pas être surpris de voir les Etats-Unis se concentrer davantage sur la région Asie-Pacifique, compte tenu de la montée de puissances émergentes comme la Chine et l’Inde. Et je pense que c’est surtout aux Européens de montrer qu’ils prennent l’alliance transatlantique au sérieux. “

euronews :

“ Que doivent-ils faire maintenant ? “

Anders Fogh Rasmussen :

“ C’est exactement ce sur quoi je vais me concentrer à l’approche du sommet de l’Otan à Chicago. Restons réalistes, nous ne pouvons pas nous attendre à une augmentation significative des budgets de la Défense dans les années à venir, compte tenu de l’austérité économique. “

euronews :

‘’ Non certes, la Grande-Bretagne va réduire le budget de la Défense de 5 milliards de livres sterling. La tendance est la même à travers l’Europe, aux Etats-Unis… Quelle est la solution ? “

Anders Fogh Rasmussen :

‘‘Nous devons utiliser plus efficacement les ressources disponibles. Et le concept-clé est ce que j’appelle “ la Défense intelligente “, une façon plus intelligente de dépenser l’argent, en regroupant et partageant les ressources, en coopérant, en s’aidant mutuellement, en montant des projets multi-nationaux au lieu de solutions purement nationales. C’est la façon de travailler du futur. “

euronews :

“ Plus facile à dire qu‘à faire, n’est-ce pas ? Il y a beaucoup de ministres et de ministères de la Défense, ils ne veulent pas céder leur souveraineté. Il ne vont pas vouloir tout regrouper – je fais référence au regroupement dont vous parliez. “

Anders Fogh Rasmussen :

“ Mais nous avons de bons exemples pratiques de Défense intelligente. L’accord de Défense bilatéral entre la France et le Royaume-Uni illustre très bien comment deux pays peuvent travailler ensemble, faire des économies, et en même temps fournir les capacités militaires nécessaires. “

euronews :

‘‘L’opération en Libye a été estampillée “Otan”, mais c‘était une coalition de volontaires – plus sélective qu’en Afghanistan. Quelle était la pertinence de cette mission pour les relations futures de l’Otan avec l’Afrique du Nord et le Proche-Orient ?

Anders Fogh Rasmussen:

‘‘Tout d’abord, il ne s’agissait pas d’une coalition de volontaires, mais d’une opération de l’Otan avec la participation de partenaires. C’est très important…”

euronews :

“ L’Allemagne ne voulait pourtant pas y participer…”

Anders Fogh Rasmussen :

“ Certes, mais l’Allemagne a participé à travers les systèmes de financement communs, et d’autres manières en fait. Donc les 28 membres de l’Alliance ont participé. Certains directement, d’autres indirectement. Mais tous ont participé. Et c’est un point très important. Ce n‘était pas une coalition de volontaires, c‘était une opération de l’Otan. “

euronews :

“ Mais qu’est-ce que cela veut dire pour le Proche-Orient ?”

Anders Fogh Rasmussen :

“ Exactement, je pense que ce que nous avons vu en Afrique du Nord et au Proche-Orient va contribuer à renforcer notre partenariat avec les pays de la région. Je pense que nous devrions saisir cette opportunité pour renforcer nos partenariats avec les pays de la région. Certains ont participé directement à nos opération et nous pouvons construire sur cette base. “

euronews :

‘’ Si l’Otan n’intervient pas en Syrie mais intervient en Iran, vu que l’Iran menace de bloquer le détroit d’Ormuz. Quel message cela enverrait-il au monde arabe ? Ne penserait-il pas que nous défendons seulement nos intérêts pétroliers ? “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ Mais permettez-moi de souligner que l’Otan n’a aucune intention d’intervenir que ce soit en Syrie ou en Iran. Pour ce qui est de la Syrie, nous croyons qu’une solution régionale est la meilleure option. Nous apprécions les efforts déployés par la Ligue arabe. Pour ce qui est de l’Iran, nous soutenons les efforts politiques et diplomatiques pour trouver une solution. “

euronews :

“ Si l’Iran bloque le détroit d’Ormuz, et qu’on demande à l’Otan de faire quelque chose, elle le fera, n’est-ce pas ? “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ C’est une question hypothétique, et une fois encore, nous n’avons aucune intention d’intervenir. Mais bien sûr, nous appelons les autorités iraniennes à tenir leurs obligations internationales : arrêter leur programme d’enrichissement d’uranium et permettre la libre navigation dans le détroit d’Ormuz. “

euronews :

‘’ L’opération en Libye a sérieusement endommagé les relations avec la Russie. Vers quoi sont-elles en train d‘évoluer ? Vers quelque chose de purement politique ? Va-t-il en sortir quelque chose de constructif ? “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ Nous avons des disputes avec la Russie, mais ces disputes ne devraient pas faire de l’ombre au fait qu’au cours des deux ans et demi écoulés, nous avons réalisé des progrès significatifs dans nos relations. Nous avons accentué notre coopération sur l’Afghanistan, la lutte contre le narco-trafic, contre le terrorisme, contre le piratage. Nous avons décidé à Lisbonne, en novembre 2010, de développer un réel partenariat stratégique entre l’Otan et la Russie. Concrètement, nous avons essayé de développer une coopération sur les missiles de Défense. Sur ce point, nous n’avons pas fait autant de progrès…”

euronews :

‘’ Quelles certitudes avez-vous d’un accord à Chicago en Mai ? “

Anders Fogh Rasmussen:

‘’ Je pense toujours que les chances sont bonnes, mais nous devons travailler dur. “

euronews :

‘’ Vous devrez accorder de sérieuses concessions à la Russie, n’est-ce pas ? Vous allez devoir leur donner des garanties, pour que votre force de dissuasion ne soit pas entamée. “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ Les Russes veulent que nous leur garantissions que notre système n’est pas dirigé contre la Russie. Il ne l’est pas. Et la meilleure façon, pour les Russes, d’obtenir cette garantie, serait en fait de coopérer, de sorte qu’ils puissent voir de leurs propres yeux que notre système n’est pas dirigé contre eux. “

euronews :

‘‘Secrétaire général, merci beaucoup. “

Anders Fogh Rasmussen :

‘’ Je vous en prie. “