DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sarkozy et Erdogan croisent le fer mais évitent d'aller trop loin pour le moment


Turquie

Sarkozy et Erdogan croisent le fer mais évitent d'aller trop loin pour le moment

Reverra-t-on une telle scène sur le perron de l’Élysée entre Nicolas Sarkozy et Recep Tayyip Erdogan ?

Les relations franco-turques traversent une zone de forte turbulence après le vote par le parlement français de la loi pénalisant la négation des génocides et notamment celui des Arméniens par les turcs en 1915.

“Ce qui se passe en France n’est pas dirigé contre la Turquie… nous respectons la Turquie, la Turquie d’aujourd’hui, le peuple turque, et je l’ai dit: la main est tendue à la discussion, à la négociation et je forme le vœux que la Turquie ne sur-réagisse pas à ce qui se passe en France”, estime le chef de la diplomatie française Alain Juppé, clairement opposé au texte.

Une loi “raciste, discriminatoire et motivée par des arrières-pensées électorales” selon le Premier ministre turc. Recep Tayyip Erdogan va même plus loin en estimant que “ceux qui restent silencieux face à ce type de loi seront coupables de ne pas avoir entendu les premiers pas d’un retour du fascisme en Europe”.

Le texte adopté lundi par le Sénat français après l’Assemblée nationale sera promulgué dans les 15 jours par Nicolas Sarkozy selon l’Élysée. Certains parlementaires UMP opposés à la loi veulent néanmoins saisir le Conseil constitutionnel en estimant qu’elle “tangente la liberté d’expression et qu’elle scelle l’histoire ce qui n’est pas le rôle d’un parlement”.

Prochain article

monde

Génocide arménien : les réactions se multiplient à Istanbul