DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un an après, une révolution inachevée

Vous lisez:

Un an après, une révolution inachevée

Taille du texte Aa Aa

L’Egypte célèbre le premier anniversaire de sa révolution dans l’incertitude, et la division. Un an après, entre militaires toujours au pouvoir, islamistes triomphants et jeunes contestataires en attente d’un nouveau souffle, c’est une révolution largement inachevée que les Egyptiens fêtent aujourd’hui.

Ahmed Maher est le fondateur du mouvement des jeunes du 6-avril : “Sur le plan politique et sur les objectifs, rien n’a été fait jusqu‘à présent, le même régime reste pratiquement au pouvoir. Les mêmes hommes sont aux affaires, les vice-ministres, les chefs d’administration et l’appareil administratif sont toujours là, ils n’ont pas changé.”

Le conseil militaire issu de l’ancien régime dirige toujours le pays, même s’il assure vouloir partir une fois le président élu, en juin. Et l’avenir devra se jouer avec les islamistes, qui aux législatives ont obtenu les deux tiers des sièges au parlement. Une assemblée aux pouvoirs encore indéfinis…

Ce jeune militant révolutionnaire, Moaz Abdulkarim, est amer: “La révolution a atteint ses objectifs dans les premiers 18 jours, depuis rien n’a été réalisé. Ceci à cause du pouvoir en place qui essaie de mettre sur pied un régime corrompu semblable à celui de Moubarak, car il y a beaucoup de gens qui en profitent.”

La détérioration de la situation économique pèse lourd aussi. A la corruption et la pauvreté sont venus s’ajouter la chute du tourisme et des investissements, et la crise du gaz et de l’essence, faisant monter les frustrations sur de nouveaux fronts.

Place Tahrir, ceux qui ont lancé la révolte il y a un an se sentent floués : “J’avais envie de voir de vrais changements dans mon pays, dit cette femme. Personnellement, je n’ai pas vu de changement, tout ce qui a changé, c’est qu’il y a eu des élections et que les islamistes les ont gagnées…”

“Je suis simple citoyen égyptien, sans couleur politique, et je n’ai pas de revendications personnelles ajoute cet homme. Un an après la révolution, nous n’avons rien gagné. Ils nous ont volé notre révolution.”

Un an après, le siège du Parti national, le parti de Moubarak, est vide, mais ses membres sont toujours aux commandes de l’appareil d’Etat, et bien du chemin reste à faire….