DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle russe : Mikhaïl Prokhorov accepté comme candidat

Vous lisez:

Présidentielle russe : Mikhaïl Prokhorov accepté comme candidat

Taille du texte Aa Aa

Mikhaïl Prokhorov a le sourire et pour cause, sa candidature à la présidentielle russe a été enregistrée ce mercredi par la commission électorale. Le milliardaire, troisième fortune du pays, devient donc le 5eme homme officiellement en lice pour le scrutin du 4 mars. Pour beaucoup d’analystes, il ne serait que la marionnette du Kremlin, des accusations qu’il réfute :

“J’ai toujours pris mes décisions moi-même. La réalité est là pour prouver ou démentir les rumeurs. Il faut juger les gens sur leurs actes, c’est le meilleur moyen de prouver ce qu’ils sont”, a-t-il déclaré.

Grigori Iavlinski, le chef du parti démocrate Iabloko, est lui vraisemblablement écarté du scrutin. La commission électorale aurait déjà invalidé une bonne partie des 2 millions de signatures obligatoires collectés par le candidat indépendant.

“Le problème avec ces élections, c’est que les candidats qui seront officiellement enregistrés ne vont représenter qu’une seule famille politique, celle des autorités actuelles. C’est simple, il n’y aura pas d’opposants” a estimé Grigori Iavlinski.

L’ONG russe Golos s’estime elle, aussi victime, de manœuvres politiques. Son bailleur veut la forcer à quitter ses locaux avant le 1er février (officiellement pour réaliser des travaux) et ses 2000 observateurs qui travaillent à l‘élaboration d’une carte des fraudes électorales seraient la cible de pressions.

“Nos volontaires, qui ont travaillé lors des législatives, ont été convoqués par les universités ou les organisations pour lesquelles ils travaillent et ces organismes ont tenté de les décourager de collaborer avec Golos”, raconte Grigori Melkonyants, directeur adjoint de l’ONG.

Toutes ces mesures d’intimidation seraient censées favoriser une victoire au premier tour de Vladimir Poutine, d’après les experts et certains opposants. Une nouvelle manifestation de l’opposition est prévue le 4 février mais elle n’est pour l’instant pas autorisée.