DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Jean-Claude Mas, le fondateur de PIP en garde à vue


France

Jean-Claude Mas, le fondateur de PIP en garde à vue

Celui qui est au coeur d’un scandale mondial en raison de ses prothèses défectueuses a été interpellé dans le sud de la France pour “homicide et blessures involontaires”. Une information judiciaire avait été ouverte en décembre dernier.

La garde à vue se déroule à la gendarmerie nationale de Marseille et elle peut durer jusqu‘à 48 heures. Claude Couty, ancien directeur financier et président du directoire de PIP a lui aussi été interpellé. Des perquisitions ont été menées à leurs domiciles. Mas a admis avoir utilisé un gel non homologué.

Cette affaire PIP donne lieu à deux procédures judiciaires distinctes. Une enquête préliminaire, pour “tromperie aggravée” close depuis octobre 2011, devrait donner lieu à un procès correctionnel d’ici la fin 2012.

A ce stade, plus de 2500 plaintes ont été reçues. La présidence du Mouvement de défense des femmes porteuses d’implants et de prothèses salue cette garde à vue :

“J’imagine que c’est comme pour moi, elles sont soulagées et contentes de voir qu’enfin on a une prise en compte des victimes.”, explique Murielle Ajello.

Les autorités françaises ont recommandé aux 30 000 femmes porteuses de ces implants PIP de se les faire retirer. 20 cas de cancers dont 16 du sein ont été enregistrés chez les patientes porteuses de ce type d’implants sans qu’aucun lien de causalité ne soit établi.

Au niveau mondial, 400 000 à 500 000 femmes seraient porteuses d’implants PIP.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le conseil de l'Europe rappelle à l'ordre le Belarus