DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les députés allemands de Die Linke espionnés

Vous lisez:

Les députés allemands de Die Linke espionnés

Taille du texte Aa Aa

Les renseignements généraux sont à nouveau critiqués en Allemagne.

Dans ce dossier de 600 pages réalisé par l’Office fédéral pour la protection de la constitution, on trouve des informations sur 27 députés appartenant au parti de gauche “die Linke”. La vice-présidente du Bundestag ferait partie des parlementaires surveillés, de quoi créer le scandale en Allemagne. Le porte-parole de la majorité CDU-CSU au Bundestag, en charge des questions de sécurité intérieure, se justifie.

“Le problème avec “die Linke”, c’est qu’ils ne prennent pas vraiment leurs distances avec des groupes qui sont prêts à utiliser la violence et qui sont contre la constitution”, a déclaré Hans Peter Uhl.

L’affaire a été révélée par Der Spiegel. D’après l’hebdomadaire, cette opération de surveillance coûterait 390 000 euros par an. L’agence de sécurité intérieure est déjà critiquée pour ne pas avoir identifié les liens entre le NPD et le trio de tueurs néo-nazis qui avait choqué l’Allemagne fin 2011.

“Les services de renseignements n’ont toujours pas compris que le monde avait changé. Ils n’ont pas repéré les huit meurtres commis par des terroristes d’extrême-droite. Ils n’ont toujours pas réalisé que la guerre froide est finie et que la RDA n’existe plus depuis 20 ans”, s’est insurgé Gregor Gysi, le président du groupe parlementaire “die Linke” au Bundestag et qui fait partie des parlementaires surveillés.

Au total, un tiers des députés de “die Linke” ont donc été espionnés. Certains vont porter l’affaire devant la cour constitutionnelle. Ils réclament aussi la création d’une commission d’enquête parlementaire.