DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

2012, année européenne du vieillissement actif

Vous lisez:

2012, année européenne du vieillissement actif

Taille du texte Aa Aa

Jens Ole a 58 ans. Il est charpentier depuis 30 ans et apprend le métier à quatre jeunes dans une société de construction danoise. Si sa santé le lui permet, il continuera de travailler au-delà de l‘âge légal de la retraite, qui est de 63 ans au Danemark, car les pensions rétrécissent.

“ J’ai placé de l’argent tout au long de ma vie dans des plans de retraite “ , dit-il. “ Et je suis préparé pour une légère baisse de mes revenus à la retraite. Alors je ne suis pas trop inquiet. “

Malgré la pénibilité du travail dans ce secteur, environ 20% des employés de la société participent à des programmes pour les seniors. Ils souhaitent d’autant plus prolonger leur activité qu’après 55 ans, leurs horaires sont plus flexibles et qu’ils deviennent des tuteurs pour les jeunes apprentis.

“ Dans cinq ans, il y aura plus de retraités que de jeunes travailleurs en Europe. L’année européenne du vieillissement actif doit aider à trouver de nouvelles solutions pour que les seniors puissent continuer à être productifs et à préserver leur qualité de vie “ , explique notre envoyée spéciale, Isabel da Silva.

Fin janvier, décideurs et experts se sont retrouvés à Copenhague pour discuter de cette question. Les 50-64 ans représentent près d’un quart des travailleurs européens. Mais lorsqu’ils perdent leur emploi, quasiment la moitié d’entre eux choisit d’anticiper sa retraite.

Pour éviter cela, la Commission européenne s’est engagée à investir un milliard d’euros.

“ Nous devons changer les comportements, mais cela se fera seulement si nous soutenons les politiques comme la formation continue, les opportunités de formation, l’entrepreunariat, l’auto-entrepreunariat etc “ , résume le commissaire européen en charge de l’emploi, Lazslo Andor.

“ Les travailleurs plus âgés sont plus équilibrés, moins malades et plus productifs en raison de leur longue expérience “ , assure Annemarie Muntz, Randstad.

“ Ce sont des gens avec une carrière de 30, 40 ans derrière eux. Donc fatalement, le prix de la main d’oeuvre à ce moment-là devient très, très important. C’est une nouvelle manière pour les entreprises d’envisager la possibilité de recrutements “ , reconnaît Jacques Spelkens de GDF Suez.

Cette année sera aussi l’occasion de parler de l’indépendance et de l’engagement social des seniors.