DERNIERE MINUTE

C’est un pays entier qui est sous le choc après le drame d’hier à Port-Saïd.

Les témoins racontent l’horreur dans le stade, les portes fermées, empêchant d‘échapper à l’enfer, la violence qui se déchaîne contre les supporters d’Al Alhi :

“Je le jure devant Dieu, j’ai vu des gens qui ont été jetés des gradins. A côté de moi, il y avait un jeune homme de 17 ans, nommé Islam, et soudain je l’ai vu par terre avec une barre en fer dans la tête et l’oeil qui ressortait de l’autre côté.”

“Le chef de la sécurité à Port-Saïd devrait être mis en cause. N’est-il pas responsable de notre sécurité ? Monsieur le Premier ministre, que feriez-vous si un de vos proches était jeté du quatrième étage comme nous l’avons été ? Allez-vous transférer le chef de la sécurité dans un bureau avec air conditionné, ou va-t-il rendre des comptes ?”

La nuit dernière, les premiers trains ramènent les supporters au Caire. La foule crie vengeance.

D’autres cherchent parmi les voyageurs le fils, le frère, le mari attendu :

“Mon fils n’a pas répondu à son téléphone depuis hier, et je veux savoir où il est, crie une femme en pleurs. Je me fiche du reste. Son nom, c’est Suleiman Ahmed al-Shabouri, filmez-moi pour qu’il me voie. Il a 18 ans, s’il vous plaît, s’il vous plaît, aidez-moi à le retrouver. Il est du Caire. Je vous en supplie, aidez- moi à retrouver mon fils.”