DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sans-abris : le froid fait des ravages partout en Europe

Vous lisez:

Sans-abris : le froid fait des ravages partout en Europe

Taille du texte Aa Aa

Dans l’Est européen, certains thermomètres affichent en ce moment près de moins 30°C.

La vague de froid qui frappe le continent est particulièrement dévastatrice pour les sans-abris.

Plus de 100 personnes sont déjà mortes du froid cet hiver, en majorité des personnes vivant dans la rue.

Si chaque pays européen a sa propre définition du terme et son propre plan d’attaque pour gérer la situation, aucun n’est épargné.

Le plus touché parmi les 27 est la Pologne.

Le nombre des victimes ne cesse d’augmenter. En période de grand froid, il n’y a jamais suffisament de places dans les foyers.

Les températures glaciales fragilisent les plus démunis, de plus en plus nombreux.

La crise a détruit 6 millions d’emplois en Europe. On estime cette année que 25% des Européens sont exposés au risque de pauvreté et d’exclusion sociale.

S’il est difficile d’en connaitre le chiffre exact, on estime à 3 millions le nombre de sans-abris dans l’Union.

Et le phénomène touche tous les pays quelle que soit leur situation économique. Proportionellement c’est en France qu’il y a le plus de sans-abris.

En Grèce, leur nombre a grimpé de 25% en 2 ans.

La Grèce, le pays la plus touché par la crise en europe. Avec des conséquences aux multiples facettes, pertes d’emplois, faillites professionnelles et personelles, explosion du taux de suicide, de consommation de drogue et aussi donc, du nombre des sans-abris.

“Ces derniers mois nous avons du ajouter une nouvelle catégorie à la liste : ce sont les nouveaux SDF. Autrement dit, des citoyens qui se sont retrouvés au chômage, qui ne pouvaient plus payer leurs factures et qui ont été expulsés. C’est une nouvelle case pour la société grecque”, explique le Secrétaire d’Etat grec à la Santé.

A l’opposé, le pays perçu comme le “bourreau” d’Athènes, a réduit de moitié le nombre de ses sans-abris en 10 ans.

Mais le phénomène existe aussi en Allemagne. Il est particulièrement sensible à Berlin où chaque nuit ces jours-ci les foyers d’acceuil font le plein.