DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : la colère des manifestants contre le pouvoir militaire

Vous lisez:

Egypte : la colère des manifestants contre le pouvoir militaire

Taille du texte Aa Aa

La mort de 74 personnes au stade de Port-Saïd a été une étincelle pour les milliers de manifestants

qui continuaient jeudi soir de s’en prendre au pouvoir militaire.

Massés aux abords du ministère de l’Intérieur, à quelques pas de la Place Tahrir, au Caire, ils ont affronté les forces de police.

Jets de pierre contre gaz lacrymogènes, la télévision d’État a évoqué plus de 600 blessés au cours de ces incidents.

“Allah serait furieux contre cette situation, s’emporte un égyptien au chevet d’un blessé.

Ce qui se passe ici, clairement, c’est un complot. Et le ministre de l’Intérieur est responsable de tout ça. J’espère que mon Dieu va se venger.”

La théorie du complot galvanise la contestation. Pour beaucoup, les violence au stade de Port-Saïd auraient visé les supporters d’Al Alhy, fervents révolutionnaires au printemps dernier et participants notoires aux manifestations hostiles à la police ou à l’armée. Les protestataires dénoncent également l’inertie des forces de sécurité au moment du drame. Jeudi soir, certains d’entre eux cherchaient à démanteler un barrage menant au ministère de l’intérieur. Ils imputent au maréchal Tantaoui, chef du pouvoir militaire et ancien ministre de la Défense de Moubarak, la responsabilité des violences à Port-Saïd. Certains manifestants réclament sa tête.