DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les conséquences économiques du "printemps arabe" : perspectives différentes selon les pays


économie

Les conséquences économiques du "printemps arabe" : perspectives différentes selon les pays

Les implications économiques et financières des “printemps arabes” sur les perspectives de croissance économique dans ces pays : c‘était le sujet de l’intervention à Londres du premier vice-gouverneur de la Banque centrale libanaise.

Avec notre correspondant à Londres, Raed Charafeddine a abordé le sujet de l’instabilité et de ses conséquences dans ces pays arabes.

“Chacun de ces pays a des perspectives ou des problèmes différents. Car comme vous le savez, aucun de ces pays n’a de similarité. Bien qu’ils soient tous des pays venant de la région MENA : Afrique du Nord et Moyen Orient, ils ont des systèmes politiques différents et des économies différentes aussi”.

C’est pourquoi l’impact économique dans chacun de ces pays a été différent. Les investissements dans ces pays ne sont pas massifs, les touristes n’y viennent pas en masse non plus. Et à cause de cela, comme tous les autres pays, l’avenir reste incertain”.

Selon le FMI, alors que la croissance des pays arabes de la région MENA, producteurs de pétrole, devrait se situer aux alentours de 4% en 2012; en recul par rapport à 2011; en raison de la baisse des cours; celle des pays du MENA importateurs de pétrole devrait augmenter, passant de 1,4% à 2,4% pour la même raison.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Etats Unis : l'emploi se porte de mieux en mieux