DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : la troïka des créanciers veut un accord politique sur les réformes

Vous lisez:

Grèce : la troïka des créanciers veut un accord politique sur les réformes

Taille du texte Aa Aa

La coalition gouvernementale grecque n’a pas encore donné à la troïka des créanciers de la Grèce un gage crédible d’unité sur les réformes et leur mise en œuvre demandées pour que la troïka s’engage sur un deuxième prêt au pays après celui de 110 milliards d’euros en mai 2010. Ce manque d’unité a été dénoncé par le ministre grec des finances Evangelos Venizelos. Et la situation actuelle rapproche encore un peu plus la Grèce du défaut de paiement le mois prochain.

“Les coûts d’un défaut de la Grèce, les coûts d’une éventuelle sortie de la Grèce de l’euro seraient beaucoup plus élevés que les coûts d’un soutien à la Grèce, a plaidé le Président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Il faut aussi que la Grèce s’engage et s’engage de façon claire, sans ambiguïté à faire les efforts d’ajustement nécessaires qui sont des efforts très exigeants je le reconnais, mais qui pourront porter leurs fruits à moyen terme.”

Une nouvelle rencontre doit avoir lieu en fin de journée mardi entre le premier ministre grec et les leaders des trois partis de la coalition au pouvoir. Parallèlement, les européens commencent à s’agacer sérieusement des lenteurs du gouvernement Papademos et avertissent à nouveau Athènes que si les conditions posées à une nouvelle aide de 130 milliards d’euros étaient refusées par la coalition, il n’y aurait aucun versement. Ce qui signifierait bien sur la faillite du pays.