DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : accord sur l'austérité retardé en raison des retraites


Grèce

Grèce : accord sur l'austérité retardé en raison des retraites

Les dirigeants des trois partis composant la coalition gouvernementale, les socialistes, la droite et l’extrême-droite se sont séparés la nuit dernière sans soutien global au plan du Premier ministre Lucas Papademos.

Les discussions se poursuivent ce jeudi avec pour objectif impératif un accord “avant la réunion de l’Eurogroupe” prévue en fin de journée à Bruxelles.

Le chef des conservateurs, Antonis Samaras, a précisé que “le différent portait sur les coupes envisagées dans les pensions de retraite, tout en soulignant que “les négociations continuaient” sur cette question.

Des coupes de 15% sont envisagées avec une réduction du salaire minimum et le licenciement de 15.000 employés du secteur public.

Le leader de l’extrême-droite a, lui, affirmé “qu’il ne pouvait pas en une heure s’engager sur un plan qui va engager le pays pour 40 ou 50 ans sans avoir des assurances que ces mesures vont faire sortir le pays de l’impasse”.

Sans la nouvelle aide d’au moins 130 milliards d’euros de ses créanciers UE-FMI-BCE, Athènes s’expose à un défaut de paiement le 20 mars.

Les Grecs en ont assez de ces plans de rigueur successifs depuis deux ans. Exsangues, ils ont de nouveau manifesté devant leur parlement pour exiger une autre voie pour sortir de cette crise qui les rongent.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La mission des observateurs de la Ligue Arabe va retourner en Syrie