DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce: un accord accouché dans la douleur

Vous lisez:

Grèce: un accord accouché dans la douleur

Taille du texte Aa Aa

En réaction à la nouvelle cure d’austérité annoncée en Grèce, le ministre du travail vient d’annoncer sa démission. Les deux principaux syndicats du pays ont lancé un appel à la grève de 48 heures à partir de vendredi. Et le leader d’un parti d’extrême-gauche fustige aussi cette nouvelle cure d’austérité:

“Ce crime qui est en train d‘être commis contre le peuple grec, contre le pays, ne peut pas passer. Cette banqueroute annoncée ne passera pas.” a affirmé Alexis Tsipras.

Alors que l‘économie grecque devrait se contracter de 4 à 5% cette année, les nouvelles mesures prévoient une baisse du salaire minimum de 20%. Un député communiste s’en est pris violemment au gouvernement: “Cela se confirme que vous êtes un gouvernement dangereux.” a-t-il déclaré à la tribune du Parlement. “Vous avez consciemment conduit ce pays 60 ans en arrière, avec un retour à la pauvreté, à la mendicité, au désespoir. Et tout cela pour garantir des bénéfices pour la classe aisée et les entreprises.”

Les membres du gouvernement tentent de se défendre, même s’ils sont bien conscients de leur impopularité: “Nous sommes certains que les décisions que nous avons prises auront des conséquences sur l’opinion, mais d’un autre côté, c’est une voie que nous devons absolument emprunter.” a déclaré le ministre de la Santé.